53 billets en 2015: Le génie m'a accordé trois voeux

Publié le par Petite ombre

53 billets en 2015: Le génie m'a accordé trois voeux

Quand j'étais ado, notamment aux années collège, j'étais sujette à la moquerie de mes camarades, même de celles que je considérais comme mes amies (avec le recul je comprends qu'au final elles n'en étaient pas vraiment).

A cet âge là ce sont les premières amourettes, les premiers bisous...

Ce n'était pas mon cas, j'étais toujours amoureuse sans retour. On me prenait alors pour une drôle, la loseuse de la classe, voire du collège, la petite coincée, la pimbêche, la nullarde... On me le fichait dans la figure et donc j'étais encore plus mal dans ma peau, surtout en assistant aux histoires d'amour des copines. Je me suis sentie vraiment à la hauteur de ce qu'on me renvoyait: une grosse nullarde. Celle toujours mise sur le côté, celle qui n'intéresse personne sauf pour les méchancetés gratuites.

Je rêvais alors seule dans mon coin, trop timide à l'époque pour les envoyer se faire voir. Il est vrai que je n'avais pas le physique des autres filles, j'étais un peu plus ronde et me cachait sous d'amples vêtements. J'avais un appareil dentaire et une vilaine frange que je détestais. Je n'avais pas le droit de me maquiller. Fumer, boire, ne m'intéressait pas et pour combler le tout j'étais la première de la classe.... Vous voyez donc le tableau. J'ai mal vécu cette période.

M'est venue alors une peur... Celle de rester toujours seule, ne pas connaître l'Amour, du moins ne jamais être aimée par un garçon, et donc ne jamais me marier et encore moins connaître la joie de pouvoir porter la vie puis la donner. Pour moi, si je n'avais pas ça, j'avais raté ma vie. Réussir uniquement dans les études pour ensuite faire le métier de mes rêves, cela ne rimait à rien si ma vie perso n'était que solitude.

Les années passaient et j'étais toujours la bonne copine qu'on peut charrier et qui n'avait pas de petit copain. Celle qui servait de bouche trou, peut importe si on me blessait en paroles ou pas.

Et puis j'ai rencontré un homme, plus âgé que moi. Le frère d'une amie. J'avais 17 ans et demi.

Pour la première fois quelqu’un s'intéressait à moi. Premier bisou, premier câlin, premier "je t'aime" mais aussi premier chagrin d'amour. Aujourd'hui je me demande encore s'il était sincère mais il m'a bien abîmée...

Et puis, finalement, celui qui était fait pour moi était juste sous mon nez depuis des années, sans qu'on ne le sache tous les deux avant 2006. Il sortait aussi d'une longue histoire, largué comme une vieille chaussette. J'avais de la peine pour lui, vivant moi aussi encore, trois ans après, ma rupture.

Je ne sais pourquoi, mais il est d'un seul coup tombé fou amoureux de moi, et aujourd'hui encore c'est le cas. Pour moi ce ne fût pas une évidence sur le champ, mais il a guérit mes blessures et m'a montré la vie sous un autre sens, c'était moins compliqué et plus doux, c'était l'Homme que je voyais dans mes rêves: celui qui m'aimait plus que tout, prêt à tout pour moi.

Alors qu'il était contre le mariage, le voilà qu'un beau jour il me fait sa demande alors que je n'avais rien demandé ni envisagé. Surprise absolue.

Je me suis donc mariée, dans une belle robe, avec un Homme qui est aussi devenu le père de mes enfants. Celui qui m'a soutenu et suivi dans notre longue attente pour avoir notre premier enfant. Avec tous ces examens médicaux, les tests, les traitements.... Il a toujours été là et n'a cessé d'y croire pour deux et surtout de m'offrir tout l'amour dont j'avais besoin, et Dieu sait comme j'en avais vraiment besoin.

Le miracle a finit par se produire... Un petit bonus en plus, ma seconde grossesse non attendue...

Voilà donc qu'un génie, planqué quelque part a entendu mes prières et a exaucé les trois vœux les plus chers à ma vie. Il a peut-être mis un peu de temps mais le résultat est là.

Alors quand je sens que je bascule dans une mauvaise pente, je me dis "Mais enfin, reste positive, tu as eu ce que tu désirais le plus au monde, le reste ne compte donc pas autant. Rappelle toi comme tu étais malheureuse quand les autres étaient heureux et se moquaient de toi. Regarde aujourd'hui! Un mariage, deux beaux enfants et en plus une taille de guêpe comparé aux morveuses qui ont pris le poids que j'ai perdu de mon adolescence et qui les faisaient tant se moquer de moi."

Je ne dirais pas non, pour avoir encore quelques nouveaux souhaits à réaliser: une maison à nous pour ne citer qu'un exemple. Mais mes trois vœux se sont déjà réalisés et j'en suis reconnaissante au génie, à la vie, au destin, à ce que vous voulez. Je suis comblée et je dois m'en souvenir quand je regarde ce qu'ont les autres et pas moi et qui éveille une petite pointe de jalousie. J'ai le principal, moi qui n'y aurait jamais crû si on me l'avait prédit le jour où j'ai souhaité cela de tout mon cœur. Des choses simples, banales qui me semblaient vraiment hors d'atteinte!

C'était ma participation au défi de la semaine, 53 billets 2015.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maristochat bellemam 22/01/2015 15:07

Très joli texte qui m'a beaucoup émue.
C'est important de savoir se satisfaire de ce que l'on a, c'est une grande force (j'ai justement préparé un billet de blog à ce sujet). Bravo à toi!

Petite ombre 22/01/2015 15:46

Pas mal de monde semble apprécier mon défi de la semaine, je ne m'y attendais pas

Agoaye 22/01/2015 12:54

Magnifique !

Petite ombre 22/01/2015 15:46

Merci

Melle Bulle 22/01/2015 10:44

Tout d'abord, ouf ! J'ai eu peur en arrivant dans ton ancien chez toi ... Mais je suis ravie de te retrouver ici :)
C'est drôle, moi aussi j'ai eu cette peur de ne pas trouver l'amour de ma vie, étant ado, et moi aussi, je suis tombée amoureuse d'un mec plus âgé quand j'avais 17 ans, qui m'a lui aussi laissé quelques traces. Et aujourd'hui, je regarde ma vie, je suis heureuse et je regarde l'avenir, en me fixant des projets plus ou moins gros, à plus ou moins court terme. Et j'aime ça. C'est ça la vie. Ma vie. Et tant pis si ailleurs, y'a des gens qui ont plus d'argent que moi poour aller en vacances tous les 2 mois à l'autre bout du monde. Tant pis si mes voisins ont une piscine creusée dans le sol et pas nous. Le principal, c'est d'avoir notre famille.
Je te souhaite une ttrès belle année 2015 :)

Petite ombre 22/01/2015 15:45

Oh je suis ravie de te retrouver ici !!!!
Je vois qu'on a encore des points communs alors

silvia 21/01/2015 17:10

Tout comme toi j ai tjs eu peur de ne pas me marier ou avoir d enfants.... et ma grande maintenant a les memes peurs!!!!

Bisous

Petite ombre 24/01/2015 15:04

Ok ok, j'aurais dit la même chose je pense!

silvia 22/01/2015 22:10

Je lui dis que ses peurs sont normales mais que je suis sure qu elle trouvera au bon moment ( dsns tres longtemps hein c est mon bebe!!!)

Petite ombre 22/01/2015 15:44

Et que lui réponds-tu du coup?

Agoaye 21/01/2015 16:24

Magnifique billet ! Merci de nous l'avoir partagé !!

Petite ombre 22/01/2015 15:43

Merci

Maripe 21/01/2015 11:13

Très joli texte et quelle belle histoire, qu'elle continue très très longtemps

Petite ombre 21/01/2015 15:34

On va faire en sorte !!!!!!

La mère dodue 19/01/2015 22:00

que c'est un joli article sur le bonheur de ce que l'on a ...!
un magnifique vent d'optimisme.

Petite ombre 21/01/2015 15:34

Merci !

Pitch 19/01/2015 21:05

Tu as bien de la chance d'avoir croisé ton homme, moi je le cherche encore et je ne sais pas ou il est.

Petite ombre 21/01/2015 15:33

Il doit se planquer, ou alors sous ton nez comme pour moi. On ne s'en rend pas compte forcément ! J'espère et te souhaite de vite le trouver si c'est ce que tu désires!

veronique tya tournier vallee 19/01/2015 16:53

c'est tres souvent que j'entends dire quand on a eu du mal a avoir un premier enfant, le deuxième arrive par enchantement ;)

Petite Ombre 19/01/2015 17:51

bah oui moi aussi j'entendais ça... ça a fonctionné pour moi apparemment.On en voulait un deuxième mais pas aussi vite, le destin!!!