Enfant hospitalisée

Publié le par Petite ombre

Elle allait bien en se levant, et puis quelques heures plus tard elle nous fait le premier vomi de sa vie... Le ton était donné pour le week-end mais je ne savais pas encore à quel point!

Je l'avais un peu senti venir... Depuis quelques jours elle me réclamait de trop nombreux câlins, ce n'était absolument pas son genre.

Elle n'a pas compris du haut de ses 2 ans et demi ce qui venait de lui arriver, elle a juste dit "mouillée".

Et puis alors que je pensais que ça allait mieux, je la trouve chaude avant d'aller se coucher. Verdict sans appel une température trop élevée. Je passerais la nuit à la veiller.

Au matin, elle demande pour déjeuner, je lui fais donc son petit déj pendant que son père va nous garder une place chez le médecin. Je l'observe, je ne suis pas sûre de ce que je vois. Pourtant elle parle avec son frère et mange un peu. Je la regarde mieux, mon coeur me dit que je dois écouter mon pressentiment... Ses lèvres commençaient à devenir bleues. J'ai appelé son papa pour lui dire qu'il pouvait rentrer, j'appelais le SAMU.

Nous avons atterri aux urgences, accompagnées des pompiers.

Pour une fois, étrangement je ne me sentais pas paniquée plus que ça, ma fille parlait et était consciente. Elle était juste à bras, ça ce n'était pas normal.

Nous sommes pris en charge assez rapidement, et au bout de trente secondes d'auscultation, le pédiatre nous lance que notre fille doit être sous perfusion pendant 48 heures. J'ai répété comme une automate. Plus tard dans la journée, je comprendrais qu'en fait il disait 48 heures minimum....

La vie de ma fille n'était pas en danger mais j'ai bien fait de ne pas attendre chez mon médecin traitant, perte de temps inutile. Sur le moment le pédiatre a crû que cela m'ennuyait, mais au contraire j'étais on ne peut plus rassurée. Je ne serais plus seule à la veiller.

Elle a été très courageuse. Elle ne voulait juste pas accepter la petite lumière rouge à son gros orteil, je ne sais pas pourquoi. Elle disait "mal" mais après lui avoir remis le petit appareil deux fois en place, les infirmières m'assuraient qu'elles ne pouvaient pas faire mieux. Nous avons caché tout cela sous une chaussette alors qu'elle ne portait rien d'autre que sa petite culotte la première journée d'hospitalisation.

Mes parents ont assuré. Ils ont pris en charge mon fils afin de permettre à mon mari de faire les allers et les retours. Ma sœur me bombardait de messages pour savoir comment les choses évoluaient pour ma puce, et alors qu'elle n'a pas forcément les moyens en ce moment, elle est allée lui acheter une jolie poupée que ma fillette avait remarqué plusieurs fois en magasin. Les visites n'étaient pas autorisées en chambre, mais ils pouvaient la voir à travers une vitre. Ma petite chipie qui d'habitude saute partout, chante, chahute, a à peine esquissé un sourire à ma sœur et mes parents tellement elle était abattue et branchée de partout. La perfusion étant assez impressionnante.

Nous avons eu miraculeusement (ou pas, je ne sais pas si c'était voulu mais jamais on ne m'a posé la question de savoir si je désirais rester 24 sur 24 avec ma fille) de la chance d'avoir une chambre où le parent qui restait avec l'enfant avait un lit pour la nuit, alors qu'en regardant les chambres voisines, la chambre était de moitié réduite comparé à la nôtre et sans lit pliant!

Nous avons donc séjourné plusieurs jours à l’hôpital. C'était long pour moi qui ait assuré 90% du temps total à rester auprès d'elle.A aucun moment nous ne voulions qu'elle reste seule, encore moins la nuit. J'ai pût rentré un soir chez moi, histoire de voir mon fils et de dormir plusieurs heures d'affilée sans entendre le bébé d'à côté qui pleurait souvent (sa maman ne venait que rarement) et les visites nocturnes du personnel médical, pendant que son papa prenait ma place bon gré mal gré (appréhension de sa part).

L'équipe du week-end était vraiment très gentille et serviable. Celles de la nuit un peu moins, sauf avec le papa apparemment d'après ses dires... Mouais.

Nous n'avons eu l'autorisation de sortir que lorsque ma fille pouvait faire un repas correct, elle qui refusait de s'alimenter depuis son arrivée et si la fièvre avait disparue.

Le retour s'est fait plus ou moins en douceur, ma princesse a un peu pleuré avant de partir, certainement déboussolée comme moi.

Les quelques jours qui ont suivis son retour ont été très bizarre. Elle n'avait pas retrouvé sa joie de vivre. Je ne l'entendais plus rire aux éclats comme avant. Elle voulait toujours être à bras avec moi.

C'est là aussi que j'ai réalisé ce qui nous était arrivé et c'est là que la pression a lâché me concernant. Petite séance de pleurs pour se soulager à l'abri des regards de mes enfants, puis peu à peu nous avons repris nos repères et ma fille a recommencé au fil du temps à redevenir comme elle était avant, à mon grand soulagement et celui de son papa, même si on râle maintenant que les bêtises soient de retour avec son frangin.

J'ai réalisé que j'ai comme retenu ma respiration tout le long de son hospitalisation. Je me suis surprise à ne pas être complétement affolée et retournée durant cette période. J'étais bien entouré par mes parents et l'équipe médicale. Toutefois c 'est une expérience que nous ne voulons plus jamais revivre, les petits bras de ma choupinette en porte encore les marques.

Avoir son enfant hospitalisée c'est plus horrible qu'être hospitalisé soit-même, si j'avais pû prendre sa place, je l'aurais fait sans hésiter une seconde.

Commenter cet article

Maristochat bellemam 10/03/2015 15:32

J'espère que vous allez mieux et que vous allez maintenant pouvoir vous reposer tous ensemble.

Petite ombre 11/03/2015 09:47

Oui ça va mieux, elle est de nouveau comme avant et me rend chèvre lol

mamandouble 10/03/2015 12:09

coucou et tant mieux si ca va.. elle a eu quoi alors? oui c'est moche de voir nos enfants mal en point et etre désarmés...

Petite ombre 11/03/2015 17:57

Pourquoi est-ce rigolo par rapport aux prénoms de tes enfants?

mamandouble 11/03/2015 14:26

et c'est rigolo j'ai atterri sur ton blog car mes twins s'appellent manon et clement! et je susi aussi en congé parental jusqu'à juin puis congés! (prof). et toi tu bosses dans quoi? bon rétablissement

Petite ombre 11/03/2015 09:46

Voilà tu as trouvé le terme! Désarmé!

Elodie 09/03/2015 21:53

Oooo lala quel stress! Tu as été courageuse, tu as été là pour ta fille quand elle avait besoin de toi et tu t'es autorisée à craquer quand elle allait mieux. Ma fille n'a jamais été hospi et j'espère ne jamais avoir à le vivre. On aimerait tellement être à leur place dans des cas comme ça... En tout cas, je suis contente de lire que ta fille va mieux!

Petite ombre 11/03/2015 09:46

Et moi contente d'écrire qu'elle va mieux!