Comment ça commence ? Avril 2016

Publié le par Petite ombre

Comment ça commence ? Avril 2016

Avril touche à sa fin, et je viens enfin publier mon écrit pour ce mois-ci, toujours avec autant de plaisir de participer au projet d'écriture d'Agoaye !!

J'ai voulu poursuivre mon défi personnel de continuer mon histoire que j'avais débuté au début de ce projet. Vous retrouverez donc les mêmes personnages.

Le premier écrit est ici, et le second par là...

Voici donc ma troisième participation (avec pour rappel, la seule consigne était de commencer mon écrit avec la phrase d'accroche proposé par Agoaye, celle qui est en italique).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dehors, la lumière baissait déjà. Il n’a jamais su comment elle s’appelait.

Adam finissait de boire tranquillement son café, seul, assis sur la balancelle dans le jardin, il profitait de l’air pur avant d’entamer une soirée bien morne face à son épouse Clara et sa fureur. Il entendrait encore et encore la même question « Pourquoi ? », à laquelle il ne trouvait lui-même pas de réponse. Clara lui cracherait alors tant de méchanceté et il devrait encore et encore encaisser sans répliquer. C’était le moins qu’il pouvait faire suite à sa bêtise monumentale prise sur le fait.

Il ne s’expliquait pas ce débordement sexuel avec Anna. Jamais il n’avait voulu tromper son épouse.

C’est en pensant à tout cela que lui revint en mémoire cette soirée où il avait été à deux doigts de déraper de la même manière, mais cette fois-ci complètement ivre et malheureux.

A l’époque, il était marié depuis trois ans à Clara et le désir d’enfant de son épouse était devenu une véritable obsession et un vrai Graal à obtenir. A cela s’ajoutait la pression des beaux-parents pensant que tout irait plus vite grâce aux traitements médicaux. Ils n’y comprenaient pas grand-chose en réalité et tous ses examens, tous ses rapports sexuels programmés, tous les espoirs brutalement brisés à chaque échec, tout cela avait eu raison des nerfs d’Adam qui le vivait aussi mal que sa femme.

Un soir, alors que Clara pleurait de désespoir, elle eut des paroles très dures qu’Adam eut du mal à encaisser. Le problème de fertilité venait en partie de lui et il se sentait si coupable de ne pouvoir offrir si facilement un enfant à la femme qui l’aimait. Les reproches de sa femme venaient alourdir les siens et le couple avait eu la plus horrible des disputes.

  • « Tu n’es qu’un bon à rien, où est ta virilité d’homme ? Tu n’en pas, tu ne sais pas me faire un enfant même avec l’aide d’un médecin ! »

Cette phrase avait été celle de trop.

Adam se sentant étouffé dans cette situation, avait claqué la porte. Il avait erré quelques temps dans la rue pour finir par pousser la porte d’un pub qui était assez réputé pour son ambiance festive et chaleureuse, ainsi que pour servir les meilleures bières de la ville.

Le jeune homme avait bu plus que de raison et s’était laissé aller aux confidences avec la jolie blondinette, assise près de lui au comptoir. Ils avaient beaucoup parlé et picolé. A la fermeture du bar, la demoiselle avait proposé un dernier verre à Adam. Elle avait posé sa main sur le torse du jeune homme. Un frisson d’excitation avait alors parcouru Adam. Il sentit que son pantalon gonflait et il ne fût même pas honteux. Cette main chaude sur lui avait réveillé l’homme qui avait besoin de tendresse, de spontanéité mais aussi de vrai sexe. Cela faisait des mois qu’il faisait l’amour sur commande, juste parce que c’était le soit disant bon moment pour procréer ou alors il devait laisser sa semence dans de petits ports en plastique. La libido du couple avait sacrément pris un coup. Il n’y avait plus de passion entre eux, tout était mécanique, trop programmé.

Il ne pouvait ignorer cette pulsion violente qui l’envahissait. La jeune femme le remarqua tout de suite et se montra un peu plus entreprenante en se collant au corps d’Adam. Il eut envie de la prendre sur le champ, là, sur le trottoir devant la porte du pub, pour montrer au monde entier qu’il était un homme viril !

Elle l’embrassa subitement, se pressant un peu plus contre lui. Adam commença à répondre au baiser puis la repoussa un peu brusquement. La tête lui tournait et il savait qu’il était ivre comme jamais. Il sentait son corps qui n’arrivait pas à se maintenir très droit et surtout il crevait d’envie de répondre à cette pulsion sexuelle, mais une image de son père lui était apparue brutalement.

Cette vision l’épouvanta et lui fit prendre conscience de l’erreur qu’il allait commettre en cédant à son envie de trousser cette jeune femme ou tout simplement à l’idée de contredire les paroles odieuses de sa femme sur sa virilité.

Il ne voulait pas ressembler à son paternel qui avait trop souvent été faible face aux jolies femmes. Adam avait très vite compris comme sa mère avait été malheureuse des infidélités de son mari mais elle faisait celle qui ne voyait et ne savait rien pour ne pas briser leur famille et tout ce qui avait été construit. Il s’était juré qu’il respecterait son épouse ainsi que n’importe quelle femme, pour ne plus voir ce regard qu’avait été celui de sa mère si bonne et qui n’avait absolument pas mérité de souffrir en silence à cause de celui qu’elle aimait. Il n’était pas l’homme qu’il avait haï, il était tout sauf comme son père infidèle et comme ses trois frères. Il ne voulait pas prendre ce chemin, il voulait être digne et éloigner cette réputation familiale masculine.

Pourtant, huit ans après la première tentation dont il n’avait plus que quelques brides des souvenirs à part d’une fille blonde dont il n’avait jamais su comment elle s’appelait, le constat de son échec pour ne pas être le fils de son père, était bien triste.

Il se haïssait autant qu’il avait détesté les actes de son père. Adam priait chaque jour pour ne pas perdre ce qu’il avait eu du mal à avoir : ses enfants, les jumeaux, les seuls qu’il ne pourrait jamais avoir à cause de ses problèmes d’infertilité. Il s’était tant battu pour y arriver, il ne pouvait pas imaginer de vivre loin d’eux, et tout cela à cause de lui.

A des kilomètres de là, Anna était choquée devant son test de grossesse positif qu’elle observait déjà depuis quelques minutes sans oser comprendre le résultat qui s’affichait devant ses yeux.

Commenter cet article

Agoaye 08/01/2017 16:52

Eh bien dis donc, je sens que ceux-là n'ont pas fini de nous emmener dans des aventures incroyables !

Petite ombre 09/01/2017 14:51

J'écrivais au feeling sans savoir où je les mènerais finalement!

silvia 28/04/2016 11:24

Merci pour cette suite! j'aime vraiment beaucoup beaucoup!
Des bises
silvia

Petite ombre 28/04/2016 14:04

Cela me fait plaisir si tu aimes, pourtant des trois écrits, au plus j'avance et au plus je ne suis pas contente de moi. Le tout premier reste celui dont je suis le plus fière!