Comment ça commence ? Aout 2016

Publié le par Petite ombre

Comme chaque mois depuis février, je participe, in extremis cette fois-ci, au projet d'écriture lancé par Agoaye...

Comme à mon habitude, j'ai corsé les choses en souhaitant de moi même donner une suite aux chapitres précédents que j'ai déjà écrit....

*********************************************************************************

Paris-Southampton : 89€

Adam valida et enregistra le document qu’il glissa en pièce jointe au mail en attente, puis il l’envoya à sa cousine qui serait ravie de recevoir une invitation pour venir passer quelques jours en Angleterre, surtout si elle pouvait profiter des jumeaux qu’elle aimait beaucoup.

Adam se prit à sourire en pensant à cela. Il adorait Jeanne, la seule de sa famille qui savait rester simple et sincère. Il avait passé de très bons moments avec elle dans leur jeunesse, surtout l’été et à Noël, quand son oncle et sa tante revenaient en Angleterre le temps des vacances. Il appréciait son petit accent français qui était devenu de plus en plus flagrant au fur et à mesure qu’elle grandissait dans ce pays voisin.

Sa venue pourrait le soulager un peu. Jeanne avait le don pour détendre l’atmosphère. Il croisait les doigts pour que sa femme soit aussi soulagée que lui d’avoir une tierce personne, assez neutre, pour prendre un peu le relais avec les jumeaux. Clara n’avait pas encore trouvé de nouvelle jeune fille au pair, pourtant les candidatures ne manquaient pas. Elle les regardait toutes avec cette lueur de frayeur, elle devait revoir sans cesse le visage de celle qui l’avait trahi. Au moins, Jeanne était de la famille et elle n’aurait alors aucune crainte de retrouver son imbécile de mari affalé sur elle, nu et haletant. Adam imaginait parfaitement les pensées de son épouse, ce qui ne faisait qu’alourdir sa culpabilité.

Personne n’était au courant de cette histoire, Clara était assez courageuse et maligne pour sauver les apparences en public et même devant les enfants. Cependant, les moments où ils se retrouvaient seuls était un enfer. Elle lui adressait à peine la parole et il devait dormir dans la chambre d’amis, une fois que les enfants étaient plongés dans le sommeil. Adam était fatigué de jouer la comédie depuis plus de deux mois. Il ne savait absolument pas comment entreprendre un début de réconciliation et de pardon auprès de sa femme qui refusait de croire qu’il l’aimait encore.

Il soupira bruyamment en éteignant l’ordinateur.

Oui, il aimait sa femme, mais quand il osait repenser au seul et unique écart qu’il avait commis avec Anna, il avait à chaque fois des frissons et ne pouvait réprimer le durcissement de son entre-jambe. Jamais Clara ne l’avait mis dans une telle situation d’excitation incontrôlable. Avec Anna, ce fût court mais intense. Il ne savait pas pourquoi mais jamais il ne pourrait effacer cela de sa mémoire, il avait pris son pied comme jamais, sûrement parce-que cela lui était interdit. Était-ce cela que son père appréciait et recherchait le plus dans ses adultères et qui le faisait recommencer à maintes reprises ? Adam savait que c’était mal pourtant, qu’il ne recommencerait pas, qu’il ferait en sorte de réparer son erreur, mais rien ne pouvait lui faire oublier cette sensation de folie agréable qui l’avait parcouru, ni cette sensation puissante de s’être senti comme un vrai homme…

Faire venir Jeanne lui remettrait encore mieux les idées en place, sa femme ne faisant rien pour l’empêcher d’oublier cette malencontreuse aventure d’une fois qui n’avait aucun sens sentimental pour lui, cette fille n’avait juste été que l’objet d’une pulsion sexuelle réprimée depuis trop longtemps. Or en y cédant, il s’était brûlé et retenait la leçon… Il fallait penser aux enfants, à sa chair et son sang, le véritable but de sa vie, lui qui avait failli ne jamais avoir de descendance. Sa femme pouvait les lui arracher à cause d’une faute idiote, il ne fallait pas qu’il les perde.

Et comme pour confirmer ses pensées, un « papa » enfantin et joyeux jaillit dans l’escalier.

Adam se leva pour répondre à cet appel, en laissant dans son bureau, son image d’homme brisé et perdu, mais surtout d’homme immoral et infidèle.

Vous pouvez retrouver ici le chapitre du mois de juillet, ainsi que les liens pour accéder à tous les autres chapitres depuis le début.

Commenter cet article

Agoaye 15/01/2017 17:27

Ouaisss, elle tombait bien cette amorce dans ton récit :)

Petite ombre 16/01/2017 14:11

Bah écoute, je me souviens que tu m'avais bien fait réfléchir sur ce coup là !!!! Je ne sais toujours pas comment j'ai fait pour réussir à continuer lol

maristochat Bellemam' 01/09/2016 16:47

J'aime beaucoup !

Petite ombre 03/09/2016 13:32

Merci