Flash-back (3): des petits copains qui sont vite retournés d'où ils venaient

Publié le par Petite ombre

J'étais adolescente, encore au collège si je me souviens bien. J'avais deux copines que j'aimais bien mais qui ne me le rendaient pas forcément bien (mais là est un autre sujet).

Un jour, il faisait gris (ça j'en suis sûre, c'est dingue de me souvenir de ce genre de détail), mes copines voulaient qu'on passe l'après-midi avec leurs petits copains. J'étais un peu tombée des nues, car je ne savais pas qu'elles en avaient, et j'avais du mal à y croire.. Elles aimaient se montrer plus intéressantes que moi et le fait de dire "moi j'ai un copain" était l'une de leurs façons de me montrer comme elles étaient mieux que moi.

Ces garçons sortaient de nulle part. Jusqu'au moment où je les ai réellement vu, je n'y ai pas cru, d’autant plus qu'elles me certifiaient que je ne pouvais pas les connaître car ils étaient d'une autre ville... Trop la classe (selon elles) !!! Je pensais qu'elles montaient un traquenard pour se foutre de ma pauvre poire, moi qui n’intéressait même pas les garçons de notre collège et de notre ville tout court. D'ailleurs je ne comprenais pas comment elles avaient pu dégoter des gars d'ailleurs...

Le fait semblait pourtant bien avéré. Ces garçons sont arrivés en scooter... L'un deux était laid à mes yeux avec tous ses boutons d’acné... (la copine avec qui il était sensé être, semblait avoir eu la même moue que moi, ce qui me fit me demander si en fait elle avait déjà vu avant de balancer qu'elle était en couple avec lui) Mais c'était vraiment trop la classe, elles gloussaient comme des idiotes... Attention, ces demoiselles avaient des mecs à bécane!

Notre rencontre eut lieu devant notre collège. La situation était vraiment étrange... Il y avait comme un gêne... Une retenue peut-être... Mais je n'ai pas eu le temps de me poser trop de questions...

Quelques temps après, en quelques minutes, ces gars se sont tous deux retrouvés par terre, pissant le sang.

Sans rien voir venir, un garçon de notre ville, qu'on connaissait de réputation (on ne le fréquentait pas et on était loin d'être des amies ou petites amies pour lui, oui, même mes deux godiches de copines) est apparu avec un ou deux copains (là c'est flou) et sans une parole et comme si nous, les filles, n'étions pas là, ils se sont dirigés droit vers ces mecs à bécanne et les ont littéralement fracassés...

C'était la première fois de ma vie que j'assistais à une vraie bagarre, et pour le coup, ils ne faisaient vraiment pas semblants...

Une fois que les fameux petits copains des petites crâneuses avaient reçu la plus grande correction de leur vie (enfin je pense, car s'ils ont connu pire avant ou après, je les plains encore aujourd'hui), le mec de notre ville est reparti comme il était venu... Aucune explication, il ne nous a pas regardé, pas parlé, ni touché...

Les deux ringards ont relevé leurs bécanes qui en avaient pris aussi pour leur grade et ils sont restés là comme des cons, la tronche enflée et en sang... J'ai questionné du regard mes copines, mais aucune n'a lâché un mot. J'avais l'impression qu'elles se sentaient moins fières d'un seul coup et que c'était trop moins la classe ! Et pour des petites copines, elles n'avaient pas l'air de vouloir esquisser un geste envers leur mec, même pas de compassion. Perso, mon homme se prend une raclée, je serais en colère, j'aurais crié pendant la bagarre à coup sûr pour que ça s'arrête et je me serais jeté vers lui le voyant en sang pour essayer de le soigner à l'arrache...

Elles n'ont pas eu, ce que j'appellerais, ce réflexe envers eux.

Je n'ai plus jamais revu ces garçons... Les copines ne se sont plus jamais vantées d'être avec eux. Mais surtout je n'ai jamais su pourquoi ils avaient ainsi faits les frais du garçon de notre ville. Je n'ai pas compris quel était son intérêt de se battre avec eux, surtout que les garçons ayant reçus les coups ne semblaient pas l'avoir compris non plus. J'ai toujours cru que c'était peut-être histoire de marquer son territoire, même si nous ne faisions pas partie de sa "chasse gardée".. C'était le genre à l'époque.. Surtout pour ce garçon qui avait la réputation de ne pas être un tendre et qu'il fallait plutôt l'avoir en respect....

Je ricane aujourd'hui comme à l'époque... Si c'était à la base un plan pour se foutre de moi et appuyer le fait que je ne plaise pas aux garçons, les mecs comme mes copines ont pris une leçon sans que je ne demande rien! Et ça pour le coup, c'est de la grande classe même si je ne suis pas fervente de bagarre!

Petit flash back qui m'étonne plusieurs années après avoir oublié cet épisode de mon adolescence.En tout cas, depuis, je n'ai plus jamais été spectatrice et encore moins actrice d'une vraie bagarre violente!

Flash-back (3): des petits copains qui sont vite retournés d'où ils venaient
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Melle Bulle 14/09/2016 17:55

wahou c'est dingue cette histoire !!!! Je n'ai jamais vécu ce genre de choses, je ne sais pas comment j'aurai réagi !!!

Petite ombre 14/09/2016 20:57

C'est impressionnant... Des petites bagarres sans "conséquences" j'en avais déjà vu, mais là ils cognaient dur et sans pitié! La preuve, plus de quinze ans après je me souviens comme j'avais été choquée.

maristochat Bellemam' 14/09/2016 14:47

Rolala je détesterai assister à ce genre de scène !

Petite ombre 14/09/2016 20:56

Cela a été tellement vite que j'ai pas réagi sur le coup, je suis restée sur place... Mais intérieurement je traitais les copines de nous avoir fourré là-dedans!