L'arche de Noé chez moi

Publié le par Petite ombre

Nous n'avons aucun animal à la maison, même pas un poisson rouge (toute façon, c'est ma phobie ces bêtes là). Ne pas en avoir, ne signifie pas du tout que nous n'aimons pas les bêtes, quand j'étais petite, il y en avait chez mes parents (chats, chiens, poissons, poule, lapin, cochon d'inde...) et mon mari aussi a toujours connue une maison d'enfance avec un animal de compagnie.

Cependant, d'un commun accord nous ne souhaitons pas en avoir chez nous. Les animaux c'est bien chez les autres!

Prendre un animal chez soi, c'est accepter certaines responsabilités nouvelles, même si pour certains animaux elles peuvent être minimes. C'est en prendre soin, le nourrir, l'éduquer aussi parfois...

Oh comme c'est tout mignon quand c'est bébé.... C'est vrai que comme les bébés humains, on craque, je connais la chanson... Mais non ! Prendre un animal avec soi, ce n'est pas une chose à faire sur un coup de tête, c'est s'engager! C'est mon point de vue!

Je ne veux donc pas m'encombrer avec un animal, pas de chien, pas de chat, pas de lapin... Rien !!!!!!!!!!! J'ai deux enfants à la maison, c'est déjà pas mal!

Je n'ai pas envie d'être celle au final qui devra acheter de la nourriture et nourrir la bête, ni celle qui doit ramasser les pipis et cacas, ni celle qui doit faire un peu plus de ménage avec la chasse aux poils! (mode maniaque).

Mon mari partage mon point de vue et mes enfants n'ont encore jamais eu l'idée de réclamer un animal... De toute façon ils ont peur des chiens et des chats, et les autres bébêtes ils peuvent les côtoyer chez les grands-parents. Et puis c'est bien connu, un enfant veut un animal, promet de s'en occuper et tout le tralala et puis au final c'est maman ou papa qui se retrouve de corvée (dans le cas où on a pas la lâcheté d'abandonner l'animal).

Dans notre quartier, nous sommes littéralement les seuls à ne pas avoir d'animal de compagnie. Chacun fait ce qu'il veut, du moment que cela ne gêne pas autrui...

Cet été, je suis devenue complétement folle à cause d'un chaton! Celui de mes voisins directs. Cette petite bête semble plus apprécier mon jardin et ma maison que ceux de ses maîtres! Combien de fois l'ai-je entendu escalader ma palissade (en y laissant de belles griffes au passages) pour atterrir chez moi. Mais bizarrement il ne savait jamais faire l'inverse pour retourner chez lui (la palissade est pareille des deux côtés et du peu que je peux apercevoir, il n'y a rien à côté de plus que chez moi pour y monter).

Que ce chaton chasse les papillons dans ma pelouse est une chose... Qu'il entre chez moi, en ai une autre! Si j'avais le malheur de laisser ma porte ou ma fenêtre ouverte, à coup sûr le chaton venait faire la fiesta chez moi... Je n'étais pas d'accord du tout! Ce n'est pas mon chat, il n'a pas à errer chez moi... A chaque fois je devais le rapporter à côté. Les voisins ont de la chance que je ne suis pas méchante avec les animaux car j'aurais pu me contenter de le foutre à la porte devant et le laisser se débrouiller dans la rue. Mais c'était un chaton, je savais qu'il n'y avait jamais mis les pieds et qu'il pouvait donc être en danger. Je ne voulais pas le retrouver écraseé sur la route, je m'en serais voulue..

Je sais qu'on ne peut pas retenir un chat chez soi comme un chien ou un autre animal, qu'un chat vagabonde plus ou moins, mais il suffit qu'on tape des mains ou même qu'on frappe du pied pour qu'il détale ailleurs. Cela ne fonctionnait pas avec ce chat! Je n'en pouvais plus de ne pas pouvoir profiter de mon jardin (quand il n'y avait pas les agréables odeurs de merde de chien de la toute nouvelle voisine). J'ai râlé plus d'une fois! Mais rien à faire, ce chat se plaisait chez moi, et venait même se frotter à mes jambes...

Je croise les doigts et touche du bois en vous écrivant, mais depuis la rentrée, je ne l'ai plus vu. Je crois que les voisins ont fini par capter que j'en avais ras le bol et que je n'allais pas le rapporter à chaque fois.

L'histoire aurait pu s'arrêter là! Mais que nenni !! Pendant plusieurs jours j'entendais un chat qui miaulait comme un loup hurle au clair de lune... Sur le coup, je pensais que c'était le chaton qui avait du être enfermé chez les voisins, leur méthode pour ne plus qu'il vienne chez moi. Mais en prêtant un peu plus attention, je me suis rendue compte que cela venait d'un autre jardin opposé. Il miaulait toute la journée et toute la nuit. Ayant eu des chats, j'ai fini par reconnaître ce miaulement. Il crevait de faim! C'était hyper agaçant.

Et puis ce chat a décidé qu'il allait venir dans mon jardin aussi, alors qu'il y en a je ne sais combien à sa disposition. Il est venu faire son show dans mon jardin... puis dans ma maison si j'avais encore la prétention de laisser ma porte de salon ouverte! J'ai bien vu qu'il était maigre et qu'il me regardait en hurlant de faim. Mais ce n'est pas mon chat! Flûte alors! Ce n'était pas un chaton, il savait parfaitement passer la palissade pour retourner chez sa maîtresse, mais il n'en avait pas envie, même quand je le menaçais en tapant des pieds et des mains.

J'ai littéralement pesté... Je ne suis pas l'arche de Noé nom d'une pipe! Pourquoi tous les animaux finissent chez moi !!!!!!!! ??????????

Je soupçonne cette nouvelle voisine, d'avoir déjà pris ses cliques et ses claques, les volets restent fermés depuis plusieurs jours,. Le chien n'est plus dans le jardin non plus. Aurait-elle déménagé? Je le crains! Et elle aurait donc abandonné le chat de sa fille (je le sais car j'entendais la gamine jouer avec le chat cet été). Le voilà livré à lui même sans eau ni nourriture.Et bien sûr c'est chez moi qu'il décide de migrer...

Je l'ai chassé deux jours.. Comme je l'ai dit, je n'ai rien contre les animaux, j'avais même de la peine pour lui, mais si je commençais à le nourrir il était certain qu'il reviendrait encore et encore chez moi !!! Cette pauvre bête était coincée, sans issue de secours.

Un soir, mon bon cœur m'a fait défaut. J'ai coupé un peu de viande et je lui ai donné, avec de l'eau. Il s'est jeté dessus !Je n'en pouvais plus de l'entendre miauler. Je l'ai laissé manger, puis quand il eût fini je l'ai pris et je l'ai mis à la porte, devant! Il avait quelque chose dans le ventre et je lui donnais la liberté qu'il n'avait pas. La rue était pour lui, il n'avait qu'à filer.

Au petit matin, il n'était plus là. J'étais contente, tout comme j'étais en colère contre ces gens qui abandonnent leurs animaux!

Et puis, au midi, voilà que ce même chat est de nouveau dans mon jardin! What the fuck?Comment a-t'il fait pour revenir de ce côté là? La voisine ne serait-elle pas partie mais toujours décidé à ne pas le nourrir? Il hurle de nouveau de faim!

Je l'ai remis à la porte, pas question de continuer à lui donner à manger. S'il est capable de revenir dans les jardins qui sont totalement inaccessibles de la rue, alors il est capable aussi de faire l'inverse.

Au moment où je vous écris, je l'entends toujours miauler, cet imbécile est de nouveau dans le jardin de sa maîtresse, dont la maison demeure dans la pénombre, sans âme qui vive (je l'ai croisé en voiture dans la ville, donc madame est dans les parages en plus).

Je n'aurais pas une certaine bonté envers les animaux, je lui tordrais le cou pour être tranquille, ou je l'empoissonnerais (vu qu'il ne veut pas de sa liberté et qu'il doit être con et sans instinct de survie) Mais je ne suis pas comme ça, je ne peux pas faire ça.

Je fais péter un câble de ne pas pouvoir être au calme et surtout de ne pas pouvoir profiter encore des beaux jours dans mon jardin....

Des solutions?

Je veux bien être gentille, mais il y a des limites...

Je ne parlerais même pas du grillage commun saccagé par le chien de cette même dame, heureusement que lui, elle ne l'a pas abandonné! Et notre bailleur en a rien à faire, alors qu'il y a bien un règlement à ce sujet dans notre dossier que nous signons tous, à la remise des clefs!

L'arche de Noé chez moi

Commenter cet article

Maaademoiselle A. 11/09/2016 20:45

Je suis comme toi, les animaux c'est bien, mais chez les autres. J'adore les animaux, j'en ai toujours eu enfant, et parfois j'ai même envie d'en avoir. Un chien c'est adorable, et le lien avec les enfants est magnifique. Un chat c'est pas trop embêtant. Des poules, ce serait sympa. Et une biquette, c'est trop mignon ! Mais un animal c'est une responsabilité. Et quand on part ? Et si il est malade ? Et, tout simplement, quand il meurt ? Mais pour tout avouer, il y a un truc qui qui me rebute plus que tout. Tous ces animaux font tout simplement caca, et je n'ai PAS envie de ramasser leur caca ^^ ('c'était la pause glamour ;) )

Petite ombre 14/09/2016 13:18

Cela fait parti de l'un de mes arguments pour ne pas avoir d'animal chez moi... Je ne suis pas une "ramasse caca" lol!

Melle Bulle 10/09/2016 12:09

C'est sûr que c'est difficile d'empêcher un chat de venir chez soi ... pour le petit chaton, je pense déjà que quand ses maîtres le stériliseront, il ira moins vagabonder. Par contre, pour ce chat affamé et donc maltraité (car c'est clairement ça), c'est vraiment malheureux. A ta place, j'irai en parler directement à la voisine et en fonction de sa réaction, je solliciterai une association pour qu'il soit éventuellement adopté par une autre famille ...
Nous avions recueilli il y a 2 ans un petit chaton perdu, nous l'avons gardé 1 mois dans notre sous sol, on ne pouvait pas le garder malheureusement à cause de nos chats et chien mais heureusement on a fini par retrouver ses maîtres. Il habitait à quelques rues de chez nous. Et bien il nous a surpris ... mais il était de retour chez nous 1 Ou 2 jours après son retour chez lui !!!!!! Il lui a fallu un temps pour ne plus revenir ...
Je sais que ce n'est pas agréable de devoir subir les animaux des autres (tout comme subir les enfants des autres !!!!) , je pense que le mieux c'est de communiquer avec les voisins pour trouver des solutions convenables pour tous !

Petite ombre 10/09/2016 12:21

Le soucis c'est que cette fameuse voisine n'est jamais là et donc on ne peut pas aller lui parler!
L'histoire du chaton est réglé, j'ai cru entendre qu'ils s'en étaient "débarrassés"....