Des marches vers ces lieux de mon enfance (1)

Publié le par Petite ombre

"Allez directement vers le bas de la page avant de commencer à lire, et si cela vous enchante, lancez la vidéo qui vous donnera une ambiance musicale pour votre lecture, pour être encore un peu plus dans l'ambiance que je souhaite partager avec vous "

Petite baisse de régime dans la tenue de mon blog. J'ai milles et une idées d'articles mais curieusement, devant mon écran, je me sens moins inspirée ces temps-ci...

J'avoue aussi, que durant ces deux dernières semaines de vacances, mon mari était à la maison avec nous, en congés , et que nous avons fait en sorte de profiter à quatre de cette opportunité devenue si rare depuis plus d'un an.

Et puis, l'école a repris, et mon cher et tendre est reparti, le coeur lourd comme nous tous...

J'ai alors ce besoin de m'aérer l'esprit, de reprendre mes marques en douceur.

J'aime marcher, je peux faire des kilomètres sans me plaindre, j'ai toujours aimer cela.

Alors, une fois que j'ai déposé les enfants à l'école, après la pause déjeuner, je ne rentre pas tout de suite. Je m'éloigne de mon quartier, de ma maison... Je pars me promener, seule. Même s'il fait froid, je prends sur moi et j'avance... Je parcours ma ville de long en large... et curieusement, mes pas m'amènent souvent dans ces lieux qui sont à l'opposé de ma vie d'adulte. Je me retrouve dans les quartiers de mon enfance. Avec le printemps, la nature reprend un peu de couleur et c'est agréable.

Je me sens calme, apaisée quand je me retrouve là-bas. De nombreux souvenirs de la fillette que j'étais, remontent... Mon moi adulte marche sur les traces laissées par la petite fille d'il y a 20 ans.

Je sourie bêtement et pose mon regard bien profondément autour de moi. Parfois j'ai même envie de m'arrêter net, de tendre les bras comme en prière, de fermer les yeux et de me laisser imprégner par cette douceur des lieux.... Je me revois courir avec mon frère sur le chemin de l'école....

Cette école.... Mon école. Elle est retirée du centre ville, pas comme celle de mes enfants. Il y a donc beaucoup moins de passage de voitures. C'est la nature qui entoure ces lieux. Ce magnifique saule pleureur qui a gardé toute sa majesté! Ses butes, qu'on appelait les monts verts... Combien de fois y ai-je pris mon élan pour les escalader, à pied ou en vélo, au grand damne de ma mère qui ne voulait pas qu'on se salisse... Je la comprends maintenant. Adulte, ils me paraissent moins grands, mais toujours aussi abrupte à monter (oui j'ai réessayé une fois pour m'amuser).

L'école n'a quasiment pas changé, du moins de l'extérieur. Il m'arrive de passer devant la cour de récréation quand les enfants y sont encore en récré... Ses bruits d'élèves qui jouent, le coup de sifflet réprobateur d'un instit ou celui, différent, annonçant la fin de la pause... Je les regarde... Nouvelle génération... Nouveaux enseignants, à part une qui est encore là... Je me suis amusée aussi il y a 20 ans dans cette cour de récréation. Je revois mes camarades et nos jeux. Les barrières étaient en bois et on en avait repéré une qui tenait mal. L'un de mes meilleurs copains aimait venir s'y laisser tomber pour la faire bouger un peu plus et finissait au piquet à chaque fois pour cette bêtise. Aujourd'hui, elles ont toutes été remplacé par des plus solides et en une autre matière, plus dur et froide. Elles sont néanmoins belles et éclatantes, d'un vert vif qui se fond incroyablement avec celui des branches du saule pleureur juste en face.

Maintenant il y a aussi un préau, qui nous faisait défaut à l'époque. Dès qu'il pleuvait,on devait s'agglutiner dans la salle de jeux, trop petite pour l'école entière en même temps. La nouvelle génération ne connait pas ce soucis. Mais sans avoir mis un pied dans l'école, particulièrement du côté de la bibliothèque, je peux voir que ce préau, les protège certes de la pluie tout en leur laissant prendre l'air, mais assombrit indéniablement l'intérieur d'une partie de l'école... Le côté des grands comme on disait à l'époque, celui des CM1 et des CM2.

Ils ont aussi sorti nos vieux bancs de la salle de jeux. Je dis vieux car ainsi exposés aux intempéries de la météo, ils ont pris un sale coup de vieux, eux qui étaient si brillants à l'époque, les voilà tout ternes.Ils sont disposés aux quatre coins de la cour, nous aurions aimé aussi avoir un endroit où nous pouvions nous poser assis. J'en conclus qu'ils ont du être remplacé à l'intérieur... Je serais curieuse de voir cela. Je me rappelle qu'étaient rangés à l'intérieur les affaires de gym dont les ballons... Plus d'un élève s'est retrouvé les doigts coincés par l'assise de ces bancs quand un camarade avait la mauvaise idée de vouloir l'ouvrir pour y jeter un oeil alors que c'était interdit en dehors des cours de sport...

Je souris, j'ai aimé cette école... Parfois, je regrette un peu de ne pas pouvoir y emmener mes propres enfants, ces derniers sur mes propres pas de petite fille et moi sur ceux de ma mère...  Le quartier qui borde cet établissement est un beau quartier que je connais quasiment par coeur. Les maisons sont jolies et accueillantes et ont un caché particulier, différent de tous les autres logements de la ville.

Avec mon mari, qui traversait aussi cette rue, enfant, pour aller à l'école, nous aimerions bien en posséder une. C'est si calme, apaisant et plus près de la nature là-bas, loin des bruits du coeur de notre ville. Mais surtout on s'y sent bien, comme en sécurité, celle-là même qui faisaient de nous des petits insouciants du haut de nos 10 ans. Et nos propres bambins pourraient alors à leur tour être scolarisés là-bas....

Pendant longtemps je n'étais plus retournée en ces lieux... trop occupée à me construire ma vie de jeune femme, de mère et d'épouse. On se crée de nouveaux souvenirs, de nouvelles petites racines un peu plus loin dans la ville. Mais indéniablement, mes vraies racines sont là-bas et le resteront pour toujours. Mon mari partage cette impression et cette quiétude.

Alors, au gré de mes marches à pied d'une heure, je passe toujours dans cette partie de la ville, là où on n'entend plus la circulation, là où chantent les oiseaux et où les odeurs d'herbes fraîchement tondues nous chatouillent les narines quand ce n'est pas celles des fleurs ou des arbres après la pluie.... (je vous rassure, on a pas trop de circulation non plus chez nous, mais un peu moins d'espace aussi vert, tout en ayant tout de même un joli paysage fleuri)

Je sais que si j'ai besoin de me ressourcer, je dois aller là-bas.... Retrouver pour quelques instants la paix qui émane de l'âme d'un enfant, de cette enfant que j'ai été

Mon fils et ma fille connaissent ces lieux et aiment y aller lors de nos ballades en famille. Comme moi, ils veulent escalader les monts, et mon aîné me pose des questions sur cette école qu'il ne voit que depuis la barrière....

J'aimerais qu'ils se fassent aussi de jolis souvenirs de cette première partie de leur vie, même si c'est à un autre endroit que le mien. Une tendre nostalgie comme la mienne, pour l'école où ils se seront instruits et sociabilisés. Et pourquoi pas aussi un autre souvenir de nos quelques visites dominicales, pendant les beaux jours, à l'école qui fût celle de leurs parents....

 

Le son de la nostalgie

Commenter cet article

Melle Bulle 14/05/2017 11:20

C'est chouette de pouvoir retourner sur les lieux de son enfance. J'aime aussi le faire. Dans le Jura, chez mes grands-parents; j'aime retourner vers la piscine municipale, les pertes de l'Ain, le square et le parcours santé ...
Je suis déjà retournée mais il y a longtemps, sur les traces de ma jeunesse (j'ai déménagé plusieurs fois entre ma naissance et mes 10 ans) et j'ai tjs beaucoup d'émotion quand je revois mes écoles, les lieux où je m'amusais (surtout que j'ai une excellente mémoire).
En ce moment, je rêve de retourner me promener dans la forêt qui bordait la maison de mon oncle et ma tante, quand ce dernier était garde forestier et qu'ils habitaient à Belfort !
Merci de nous avoir amené avec toi sur les traces de ton passé :)

Petite ombre 15/05/2017 17:22

Moi j'ai cette chance de ne pas être loin de ces endroits de mon enfance!!! Donc c'est plus facile pour moi d'y retourner autant de fois que j'en ai envie et besoin !

silvia 28/04/2017 14:52

Juste un petit coucou pour te dire que je continue de te lire, mais que je manque cruellement de temps...
Très joli texte, avec pleins de jolies valeurs à partager avec tes enfants!
Des bises

silvia

Petite ombre 03/05/2017 10:10

Bon courage chez toi alors!! Moi j'attends que ma médiathèque achète le dernier musso... donc pas avant plusieurs mois! Mais hâte de le lire!

silvia 02/05/2017 13:23

ça va, ça a... j'ai vraiment beaucoup de travail et à la maison, quelques soucis, dont une opération à venir pour mon cher et tendre... alors je n'ai du coup pas autant de temps! niveau lecture, je lis le dernier de guillaume Musso, et pour le moment j'aime beaucoup!
Des bises

Petite ombre 01/05/2017 18:34

Petit coucou reçu, et contente de voir que tu es toujours là, c'est vrai que je me demandais si tu passais toujours... D'autant que j'ai publié plein d'avis sur des lectures, auxquelles tu réagis souvent d'hab! J'espère que tout va bien apr chez toi! A très vite alors !!