Un regard pour une robe

Publié le par Petite ombre

Je suis l'aînée d'une fratrie de trois enfants. Deux filles et un garçon.

J'avais un peu plus de sept ans et demi quand ma sœur est venue au monde, la petite dernière.

Je n'avais pas le même contact avec ma sœur qu'avec mon frère. Aucune chamaillerie entre nous, aucun mot dur ou de bagarre comme chien et chat, pour ne pas dire frère et sœur....

La différence d'âge y est peut être pour quelque chose, quoiqu'il en soit elle a toujours été celle qu'on protège et à qui on montrait le plus notre amour, au moins j'étais d'accord avec mon frangin sur ce point.

C'était le petit rayon de soleil, alors que je me chamaillais pour n'importe quoi avec mon frère, je prenais ma petite sœur dans mes bras pour de tendres câlins. J'ai le souvenir que je tendais souvent les bras et qu'elle venait se blottir.

Jamais je n'ai vu ma petite sœur comme une rivale, je n'ai jamais été jalouse d'elle ni même de mon frère d'ailleurs.

J'ai bien entendu dû partager ma chambre avec elle, quand j'en avais 17 elle en avait à peine 10. Petit choc de génération, mais elle était tellement cool et agréable que cela se passait plutôt bien. Je suis quelqu'un d'assez carrée et maniaque, elle faisait avec. Elle me laissait volontiers la chambre quand je recevais mes copines. De ce que je me souvienne, on ne s'est jamais prise la tête.

Le soir, on rigolait ensemble, on avait même inventé un jeu qui nous été propre et qui nous faisait vachement rire. Je me plaignais juste quand elle ronflait et je me souviens que je lui envoyais un oreiller à la figure si elle ne réagissait pas à mes grognements de désapprobation. On en riait le matin venu.

Une bonne entente, malgré notre écart d'âge et notre personnalité.

Aujourd'hui, elle est encore ma petite sœur, mais elle est devenue une jeune femme. Je suis restée très longtemps à dire qu'elle avait seize ans, je ne sais pas pourquoi, elle en a quasi 25 maintenant.

Quand je repense à notre enfance je souris par tant de tendresse. Aujourd'hui pourtant, je n'ai plus cette sensation. Non pas que nous soyons fâchée ou autre. Elle est toujours aussi cool et douce, mais nous ne sommes plus proches.

Où est passé la jolie petite blondinette aux jolies boucles anglaises? J'ai gardé cette image d'elle! Et je la vois à travers ma fille maintenant. Son portrait craché!

Ce que je regrette un peu c'est que nous n’ayons pas plus de complicité que cela. Nous voilà adultes toutes les deux,les 7 ans de différence se voyant moins... et  je n'ai pas le contact de notre enfance, le contact entre deux sœurs. Nous sommes devenues pudiques l'une envers l'autre. Je la trouve même beaucoup plus proche de la sœur de son conjoint, soit sa belle-sœur qui a pourtant quasi le même âge que moi. Et j'avoue que parfois j'ai une petite pointe de jalousie mais que j'essaie de faire taire. Après tout,suis-je peut-être à l'origine de tout cela sans l'avoir voulu? Je me suis mariée, j'ai eu des enfants... Alors qu'elle était encore en âge de jouer, moi je batifolais, mais je ne l'aimais pas moins et le soir on continuait à rire ensemble jusqu'à ce que je prenne mon envol. Elle a même été la première au courant quand je suis tombée enceinte, j'ai tenu ma promesse de faire d'elle la marraine de mon premier né et je ne le regrette absolument pas. D'ailleurs elle est géniale avec mes enfants et ils lui rendent bien.

Il y a peu de temps,elle s'est mariée. à son tour.

Pendant tous ses préparatifs je n'ai pas été trop mise à l'écart mais son conjoint aboyait souvent quand elle me parlait un peu trop, apparemment elle ne devait pas tout me dévoiler. Mais j'ai senti qu'elle avait besoin de ce partage.

Et puis il y a eu l’essayage de sa robe. Je ne sais pour quelle raison elle était assez stressée par cela. Elle a tenu à ce que je soit présente avec ma maman et sa belle-mère.

Elle a essayé plusieurs robes, elle était belle dans toutes! J'ai pris conscience que ce n'était plus une enfant, et j'ai eu le cœur un peu serré de la voir à son tour sur le point de se marier.

Elle a hésité entre deux robes. Ma maman et sa belle-mère qui s'entendent très bien n'arrêtaient pas de jacasser et de mettre encore plus le doute à ma sœur. Il est vrai que le choix était difficile entre les deux robes qui étaient très différentes l'une de l'autre. L'une d'entre elles j'aurais pû la porte, l'autre non.

Alors que les mamans discutaient à tort et à travers pour différencier les robes, moi je suis restée assise et silencieuse. J'observais ma petite sœur. Et puis il y a eu une révélation. Elle se regardait dans le miroir, et là nos regards se sont croisés. Pas de mots, même pas de signes de tête. Juste un regard entre sœurs. Je voyais qu'elle me demandait si c'était la robe, et je lui ai répondu que oui c'était celle qu'elle portait, que je sentais que son cœur était pris par celle là et surtout que c'était cette robe qui était faite pour elle, si différente était-elle de la mienne quand je me suis mariée. Je lui ai fait comprendre par le regard que c'était une évidence, qu'elle devait s'écouter elle. Cette robe c'était son reflet de personnalité, c'était elle.

Il y a eu un échange étrange entre nous, c'était magique et beau. J'ai retrouvé en cet instant ma complicité d'antan avec ma petite sœur.

Puis elle a sourit, je lui ai rendu son sourire, sans qu'à aucun moment elle ne cesse d'être devant ce miroir. Elle a finit par se retourner et bien entendu c'est cette robe qu'elle a choisit et que j'ai eu l'honneur de l'aider à enfiler le jour J. Elle avait eu besoin de mon approbation, et c'est quelque chose qui m'a beaucoup émue.

Le jour de son mariage, j'ai osé la prendre dans mes bras et lui faire un énorme bisou sur le joue en glissant "un bisou pour ma petite sœur d'amour,tu es belle, soit heureuse".

Et puis la pudeur est revenue, mais cette parenthèse m'a fait chaud au cœur.

Je n’oublierais jamais ce regard entre nous, ce scintillement dans ses yeux quand elle a compris et que je lui confirmais qu'elle avait bel et bien eu le coup de cœur. Un silence fraternel mais un échange puissant.

Alors oui, je ne la vois pas tous les jours, on ne s'appelle pas. On en se prend plus dans les bras l'une de l'autre, mais elle sait que je l'aime encore gros comme ça et que je serais là pour toujours. Elle restera la petite sœur qu'on protège et qu'on aime de tout notre cœur.

Maintenant j'ai hâte qu'elle nous fasse un joli bébé pour qu'elle découvre la maternité comme j'en ai eu la chance et j'espère pouvoir être celle sur qui elle aimerait poser ses doutes pendant cette aventure, après tout, je suis sa grande sœur, c'est à moi de la guider si elle me le demande !!

 

Et vous, quel rapport avec vos frères et soeurs?

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je vous souhaite de vous retrouver encore plus, avec les années et en vivant les mêmes choses, peut être que justement vous serez plus proches à nouveau....<br /> <br /> Je n'ai pas de soeur, que 1 frère de 14 ans mon cadet... donc jusqu'à il y a peu, des vies très très différentes.... maintenant ça va mieux, on est plus proches qu'avant!<br /> <br /> Des bises et à bientôt<br /> <br /> silvia
Répondre
P
14 ans ! waw sacré décalage là !!
M
Quel joli et émouvant billet. C'est un beau souvenir.<br /> Je n'ai pas la chance d'avoir de soeur mais j'ai un frère dont je suis très proche et j'ai hâte un jour, de le découvrir papa !
Répondre
P
Profite de ta complicité avec ton frère alors!! Plus jeune que toi?