Comment ça commence Avril 2018

Publié le par Petite ombre

Lorsque soudain la lumière jaillit, il fut très surpris…

Julien cligna des yeux pour mieux s’adapter à la clarté. Il était resté de nombreuses heures dans le noir, peut-être même une journée, il avait complètement perdu la notion du temps. Il remua comme il pût mais les liens qui lui entravaient les poignets derrière le dos l’empêchaient de se mouvoir comme il le souhaitait.

Dans sa bouche, le bâillon le gênait aussi fortement, et il mourrait de soif. Le sang de son arcade sourcilière avait fini par sécher et cela le démangeait de venir le gratter. Il se sentait sale, fatigué, mais surtout très en colère. Il avait baissé la garde quelques instants de trop, il était de nouveau entre les mains de ces sales types, il aurait dû carrément les tuer plutôt que de ne les blesser… Le pire c’est qu’il n’avait, au final, toujours pas son médaillon autour du cou, ces abrutis le lui avaient arrachés des mains quand ils lui étaient tombés dessus alors qu’il venait juste de le retrouver dans la boue  avec un certain soulagement S’il ne s’était pas attardé de satisfaction d’avoir de nouveau en sa possession son bijou, il aurait pu être loin, sain et sauf. Une faiblesse qu’il payait cher.

Il ignorait où il se trouvait, mais du fond de la remorque d’un camion, entre des caisses de marchandises, il avait senti qu’ils avaient roulé pendant très longtemps et il n’avait aucune idée de l’endroit où il pouvait être.

 

A présent, ses bourreaux venaient le cueillir. Ils le levèrent sans ménagement et pour être sûrs qu’il n’essaie pas quelque chose de stupide, l’un d’entre eux lui envoya un énorme coup de poing dans l’estomac. Pris par surprise, Julien grogna, mais fatigué et à moitié déshydraté il se laissa emmener.

Avant qu’il ne puisse apercevoir où il était, sa tête fût recouverte par une espèce de vieux sac en jute qui sentait le moisi.

Une fois hors du camion, Julien fût happé par le froid de l’air du dehors, cela eut au moins l’effet de l’aider à reprendre un peu mieux ses esprits. Il sentit la chair de poule recouvrir ses bras nus, il ne portait qu’un t-shirt. Il essayait de voir à travers ce qu’on lui avait mis sur la tête mais cela lui demandait  un effort de concentration considérable alors qu’un maux de tête atroce commençait à lui vriller les tempes.

Il crut comprendre qu’il était dans une ruelle à l’arrière d’un grand bâtiment. Le jour était en train de tomber, il apercevait la lumière orangée d’un vieux réverbère. Mais avant d’en apercevoir un peu plus il fût pousser violemment à l’intérieur .Tout redevint plus sombre pour lui et il avançait à l’aveugle, maintenu fermement par les deux molosses.

Ils avancèrent un peu, puis des voix étouffés lui parvinrent. Celui qui le tenait par la gauche le lâcha brusquement et lui fit un croche pied pour qu’il se retrouve à genoux. Il sentit alors que le bourreau de droite vint lui presser le canon d’une arme au milieu du front.

_ « Tu ne bouges pas et tu ne tentes rien, sinon c’est plus que ta vie qui sera sacrifié ! On a une petite surprise pour toi. »

Puis il entendit que l’homme au flingue s’adressa à voix basse à quelqu’un d’autre. Quelques secondes plus tard, les voix qu’il avait entendu, devinrent plus fortes, comme si on venait d’ouvrir une porte. Il devait y avoir du monde, on percevait facilement des rires et des éclats de voix joyeux. Il lui semblait même entendre un fond musical et des verres s’entrechoquer, comme lorsqu’on trinque.

Julien essaya de se concentrer un peu plus. Mais où l’avait-on emmené ?  Que cherchaient-ils de plus à lui faire passer comme message ? Pourquoi ne pas le tuer directement puisqu’il était on ne peut plus à leur merci et qu’il refusait de leur donner ce qu’ils  voulaient.

Alors que Julien essayait de comprendre, les rires dans la salle se transformèrent en cris d’effroi et une voix forte et menaçante retentit pour remettre de l’ordre dans la panique.

Julien comprit qu’il n’était plus le seul otage…. Mais quel était le lien ? On l’avait ligoté et tabassé plusieurs jours avant de le faire venir ici, mais pourquoi ?

 

 

C'était ma participation du mois....

Je reviens ici à petits pas.... Et comme il est toujours difficile de ré-apparaitre après une abscence un peu prolongée, j'ai décidé de renouer en commençant par cette rubrique...  Je reviens donc, et j'ai plein de choses à vous raconter!

 

En tout cas, ce fût un plaisir de conitnuer ce projet, et si vous êtes toujours partants, j'essaierais de pourquivre cette histoire au fil des phrases amorces d'Ago !!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quel suspense insoutenable ! Vivement le mois de mai pour avoir la suite ;)
Répondre
P
Au fait, je viens lire tes participations aussi mais ne peut pas commenter car il faut un compte google que je n'ai pas et ne souhaite pas créer! Tu es vachement forte aussi avec ton histoire de tortue! Bravo
P
Merci... A voir la phrase amorce si elle m'aide ou pas lol
S
Toujours là fidèle au poste, et dans l'attente de tes nouvelles!<br /> Des bises<br /> silvia
Répondre
P
Eh bien des nouvelles j'en apporte des toutes fraîches dans la journée....