Bébé hospitalisé (2)

Publié le par Petite ombre

Mon tout petit fût donc hospitalisé durant une très longue semaine....  Pendant tout ce temps, notre environnement a donc été  limité à sa petite chambre au service pédiatrie.

Quand j'emploie l'adjectif petit, je n'exagère pas, nous avions peu de place, sans parler d'intimité aussi. Bien que nous disposions d'une chambre individuelle, nous avions vue chez nos voisins, ceux du dessus et encore ceux du dessus.... Les murs n'étaient pas fermés, entre chaque chambre il y a avait des vitres, avec un film en bandelettes mais qui n'empêchaient pas de voir à côté ou de recevoir la lumière du petit voisin en pleine figure la nuit.... Comme nous étions la première chambre, nous n'avions qu'un seul voisin mais c'était déjà bien suffisant... D'ailleurs en une semaine, trois enfants se sont succédés dans la chambre à notre gauche... J'ai d'ailleurs pu voir comment le personnel nettoie la chambre après chaque départ... Elle est nettoyée de fond en comble, pas un centimètre n'est oublié (porte, poignet, vitre, mur, lit, matelas, placard, plafond....) et c'est même bruyant....

En image, voici la chambre que mon fils a occupé durant son séjour, j'ai pris la photo sur le pas de la porte, vous avez la globalité de la chambre sur le cliché:

Il y avait donc tout juste la place pour mettre le lit de bébé, avec le matériel de perfusion derrière. Un coin pour changer mon fils et ranger ses affaires ainsi que celui mis à disposition par l’hôpital. Une petite table avec une chaise se trouvait juste derrière, nous pouvions prendre nos repas dessus et tout au fond, ce que vous voyez en rouge, c'est le lit d'appoint que l'on dépliait le soir mais qu'il fallait remettre en place la journée... Nous avions aussi un fauteuil à notre disposition, ici en dehors de la chambre car la dame qui nettoyait quotidiennement venait juste de passer. Les vitres du fond donne sur un petit couloir qui permet aux visiteurs de venir voir les petits patients en isolement, comme le mien... Mes deux aînés ont donc pu voir leur petit frère à travers cette vitre, ma fille l'a mal vécu et a beaucoup pleuré de ne pouvoir serrer son frère dans ses bras où même pouvoir lui parler car on n'entend pas grand chose à travers la vitre.

Une petite télé était aussi disponible gratuitement...Le seul truc c'est qu'il fallait être un géant pour l'allumer et changer les chaînes ou le son... Pas de télécommande à disposition. Je devais donc monter sur une chaise quand mon mari n'était pas là.

Certains placards étaient vide pour nous laisser mettre nos affaires (qu'on accumule au bout d'une semaine, bébé et parent) d'autres remplis... J'avais des serviettes, des langes, du linge de lit, des gants de toilettes et des habits de bébé à ma disposition. Ils m'ont aussi fourni toutes les couches pour la semaine, comme la crème ou le savon. La nourriture pour mon fils était aussi fournie, dont son lait, ce qui m'a épargné de brader le mien, si rare à trouver. Je peux vous dire que des langes, j'en ai eu à gogo, avec les fuites de couche de mon fils lors de selles explosives ou pas d'ailleurs.  On épuisé le bidon de gel hydroalcoolique aussi....

Mon fils a eu un lit rose... C'est ce qui a choqué ma fille,alors que nous n'avions même pas fait attention au début. Nous pouvions ramener des affaires personnelles pour égayer la chambre. Ainsi mon fils avait quelques doudous persos et des dessins et photos de son frère et sa sœur accrochés à côté de lui.

Une jeune fille est aussi passée le voir pour jouer un peu avec lui, elle lui a ramené quelques jouets et un mobile (visible sur la photo) pour l'occuper quand il était un peu mieux et alerte, mais aussi pour l'apaiser quand ça n'allait pas. Elle a fait des bulles dans sa chambre, mais il était un peu à côté de ses pompes et n'a pas vraiment grillé... Il avait aussi la possibilité le matin d'avoir de la musique douce diffusée par un haut parleur. Un jour qu'il était seul avec son papa et qu'il hurlait à la mort d'ennui (le dernier jour, quand il allait donc un peu mieux), une autre dame est venue le voir. Elle a sorti des marionnettes, il a adoré et a bien écouté l’histoire. Elle lui a chanté de jolies chansons et lui a montré quelques nouveaux jouets. Des clowns sont aussi venu lui rendre visite, mais tout petit il n'a pas vraiment compris. Cependant les clowns font rire aussi les parents, on a eu un joli échange, ça fait du bien aussi pour les adultes.

Ce qui nous a le plus dérangé c'est de ne pas avoir de toilettes. Nous devions quitté la chambre pour aller dans celui (je dis bien celui car il n'y en avait qu'un seul) mis à disposition des parents et des petits patients sachant aller sur les grands toilettes... (on a trouvé ça très bof pour l'hygiène même si c'était souvent nettoyé). Et puis, on ne voulait pas trop laissé notre fils tout seul, on attendait souvent d’être à deux pour que l'un de nous puisse aller faire son pipi. Il n'y a que celui du petit matin ou du soir qu'on se dépêchait d'aller faire en culpabilisant de laisser bébé tout seul. Plusieurs douches à côté des Wc étaient aussi destinées aux parents, mais perso, on rentrait à la maison dans la journée pour la prendre, on alternait beaucoup avec mon mari, même les nuits, on en faisait une sur deux, afin de prendre l'air mais aussi pour souffler et mieux se reposer.

Une salle avec un frigo et micro onde nous était aussi réservée, on faisait donc juste chauffer notre repas, mais on n'y restait pas pour manger, on l'emportait dans la chambre. Mon mari devait avoir tapé dans l’œil des infirmières (ou pas lol) mais le soir, quand c'était son tour de "garde", il avait droit à un bol de soupe et le matin du café, du pain et de la confiture (alors que les repas des parents n'étaient pas compris dans le séjour, sauf si on donnait 10 euros par plateau, chose qu'on a pas fait car merci le prix pour un repas d’hôpital, même le personnel nous le déconseillait). Nous avions la chance de tout avoir à proximité de la chambre de notre enfant, ce qui nous évitait de traverser tout le service comme d'autres parents.

Ce qui était pénible aussi c'est de ne pas avoir de bouton d'appel... Quand nous avions donc besoin d'aide ou de quelque chose ou même pour signaler que la machine de perf se mettait à sonner par exemple, nous devions sortir de la chambre pour essayer de trouver quelqu'un.... Souvent si ce n'était pas méga urgent, je me mettais sur le pas de la porte de la chambre et je guettais du mouvement dans la salle des infirmières tout près de nous, je ne m'amusais pas à chercher partout dans le service.

Étant la première chambre du service, nous étions donc placé au début et de ce fait près de la porte d'accès.... C'était alors assez bruyant avec les allers et venues du personnel ou des autres parents... Personne ne savait retenir cette satanée porte qui claquait tout le temps et je ne parle pas des nombreux coups de sonnette à toute heure.... (car pour entrer il fallait sonner, la porte étant verrouillée, système  de sécurité).

Comme dans tous hôpitaux, il faisait une chaleur étouffante et l'odeur particulière nous poursuivait quand on repasser à la maison le temps d'une douche ou d'une nuit.

Ce qui nous a le plus amusé, ce sont les couloirs qui venaient d'être redécorés... Face à la chambre de mon fils il y a avait un bel arbre que j'imaginais très bien dans sa propre chambre à la maison, tellement j'ai trouvé cela très beau !!

 

Voici donc où nous avons "élu domicile" pendant une semaine..... Même mes grands connaissaient le chemin pour se rendre au service pédiatrie, alors qu'il n'y sont venus que deux fois....

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Ce sont des moments dont on se passerait bien...J'espère que ça va mieux !<br /> Bisous<br /> Audrey<br /> https://pausecafeavecaudrey.fr
Répondre
P
En effet, on s'en passerait volontiers et en même on est un peu soulagé qu'il soit hospitalisé entre de bonnes mains, on se dit que si ça va pas, on est sur place déjà !!<br /> Il va mieux !!