Des vacances chamboulées

Publié le par Petite ombre

Nous avions prévu plein de chouettes activités et sorties pour ces vacances d'hiver. Il nous reste quatre jours et nous n'avons absolument rien pu faire du tout.... Nous pouvons même dire que ce ne sont pas du tout de chouettes vacances... Le sort en a décidé autrement ....

 

 

Mon tout petit fût encore une fois hospitalisé...

Tout a commencé par une simple petite otite. Un bébé qui monte à 40 de fièvre... Puis une grosse crise d'acétone qui fut prise au départ pour un début de gastro... En effet, dans la nuit de mardi à mercredi mon mari et ma fille se mettent aussi à vomir... Mais au petit matin plus rien pour eux, tandis que mon tout petit continue à être mal, plus de vomissements mais très fatigué. J'ai même une méga frayeur quand je le secoue car il n'arrive pas à se réveiller. C'est dans la nuit que nous prenons la route des urgences.  On m'apprend qu'il était temps... Je culpabilise à mort. Soit on se fait jeter des urgences "allez voir votre médecin traitant" soit on nous dit "mais pourquoi ne pas être venu avant"....

Ils me gardent mon bébé. Ils essayent de le piquer pour la perf, c'est du délire... Il ne se laisse pas faire, pourtant je préviens toujours qu'il a une force du diable malgré son petit poids. Ils finissent par lui faire respirer une espèce de gaz, il se calme 5 min puis revient à lui et arrache tout. Je dois m'assoir, je suis au bord du malaise. Ce n'est pas la première fois que j’assiste à cela mais la fatigue a raison de moi, trois nuits que je ne dors pas...

Si je ne pose pas de questions on ne me dit rien... J'apprends furtivement que mon petit a son taux de cétones beaucoup trop élevé...

Nous débarquons à une période où l’hôpital est plein. Plus de place en pédiatrie pour nourrissons. Nous devrons nous contenter d’une chambre pour ado et donc pas adapté du tout! Le comble, nous devons la partager avec un autre bébé. Nous arrivons à 2 heures du matin dans la chambre. Mon fils encore en pleurs par le traumatisme de la mise en place de la perf. De ce fait, bien évidemment on réveille le pauvre bébé déjà dans la chambre. Le mien se calme en voyant un autre enfant. Puis il finit par s'endormir. Mais pas l'autre bébé qui aura pleurer tout le restant de la nuit, impossible pour moi de me reposer, ni la maman du petit qui se fond en excuse alors qu'en fait c'est nous qui avons déclenché cette nuit blanche. Mais la nuit suivante, son bébé sera également en pleurs quasi toute la nuit...

J'apprécie moyennement de devoir partager la chambre, mais par chance nous sommes tombés sur quelqu'un de bien... Les nuits sont longues, les journées aussi mais je peux papoter avec l'autre maman, ça passe le temps. On s’entraide aussi comme on peut, en évitant les contacts directs.

Le premier matin, je tombe sur le pédiatre que je n'apprécie pas trop... et il m'a fait une jolie petite frayeur en paniquant d'un coup. La maman à côté m'a avoué avoir eu aussi un peu peur en voyant la scène.

Mon fils est très chétif, et il avait encore du mal à émerger lors du passage du médecin. C'est ce qui a fait un peu flippé le médecin qui aurait du mieux se contenir et me demander les antécédents de mon enfant, d'après l'infirmière qui est venue me rassurer après. Le soucis était aussi que le médecin ne savait pas trop donner de diagnostic, la gastro étant écartée au vu des symptômes. C'est là qu'avec la maman d’à coté nous nous sommes un peu mise en colère car l'autre bébé avait bel et bien la gastro, alors pourquoi mettre le mien avec lui... On me dit qu'on va le changer de chambre le plus rapidement possible. Cela ne se fera jamais...

La perfusion fait du bien à mon fils qui finalement reprend des forces d'un coup... Il mange quasi tout ce qu'on lui propose et il commence même à faire l'idiot dans son lit...(quelle galère de retenir le fil de la perfusion dans lequel il s’emmêlait systématiquement) On est rassuré, même si on ne sait toujours pas ce qui a déclenché son état. Il est testé négativement à la grippe. Je dois constamment demander les résultats qu'on ne me communique jamais.

Cependant les infirmières et les puéricultrices sont très gentilles, elles sont à l'écoute, et très réactives avec une patience d'ange !! L'une d'elles est même venue parler à mon tout petit quand il était encore dans son état de léthargie totale. Elle lui caressait la tête tendrement et avait des paroles très douces, autant pour bébé que pour maman. J'ai eu le droit à un petit plateau de petit déjeuner, alors que les parents n'ont le droit à rien. Une infirmière a même proposé à mon mari qui était venu prendre ma place le second soir pour que je puisse rentrer me reposer un peu, d'aller prendre un café dans la salle des infirmières, elle veillerait pendant ce temps sur notre bébé.

J'ai pris conscience que j'avais un mari en or et la chance d'avoir un bon papa pour mes enfants. Le compagnon de la maman qui était avec moi n'a jamais pointé le bout de son nez et d'après le peu que j'entendais des conversations de téléphone, il n'était pas ravi de devoir gardé les autres enfants le soir, il voulait aller à la pêche....  Pendant ce temps mon mari,lui, s'occupait de nos grands le soir, ma mère ayant eu la gentillesse de me les prendre la journée pour que mon époux puisse me rejoindre à l’hôpital afin que je ne sois pas seule tout le temps, et aussi pour qu'il me ramène des affaires, celles qu'on ne pense pas à prendre dans la précipitation du départ aux urgences. L’inquiétude et l'attente étaient partagé ensemble.

Au final, mon fils a pu sortir de l’hôpital, nous étions un peu soulagé que le séjour soit beaucoup moins long que la première fois en 2019. En sortant j'ai encore une fois demandé ce qu'il avait eu, on me répond :"difficile à dire, certainement un vilain virus". Le fait qu'il ne soit pas assez gros, favorise un dégradement beaucoup plus rapide de sa santé par rapport à un autre enfant un peu plus solide.  Mon médecin traitant m’appellera trois fois pour prendre des nouvelles et me donner des conseils pour m'aider et me rassurer.

On finira par se poser la question si l'arrêt de l'inexiuim qu'il prend depuis ses 1 mois n'a pas une conséquence sur ce qui c'était passé... La gastro pédiatre n'étant pas là nous restons dans l'attente qu'elle me rappelle d'ici une grosse semaine.

En rentrant, mon petit recommence à vomir alors qu'il allait beaucoup mieux à l’hôpital. L'anxiété nous reprend. Puis c'est mon fils ainé qui vomit un peu une fois... Je pense qu'il était tout autant inquiet que nous. Ma fille revomit à son tour... On croit qu'on ne va jamais s'en sortir. De là l'hypothèse du virus reste la réponse la plus probable.

Je sens la javel à force de nettoyer la maison....

Nous sommes tous en cure de vitamines, nous essayons tous de reprendre des forces et de retrouver une vie à peu près normale... Mon tout petit commence doucement à aller mieux nous restons sur le qui vive et mon médecin traitant reste disponible dès que j'ai une question si bête soit elle....

Nous souhaitons que notre enfant soit à nouveau plein de vie, ainsi que nos deux grands, même s'il faut subir leur chamaillerie ....

Nous n'avons jamais autant peur que lorsqu'un de nos enfants soit hospitalisé. C'est une expérience qu'on aimerait ne pas vivre ni même revivre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Aie, aie, aie, pas drôle l’hôpital pour les petits enfants, ni pour les grands enfants d'ailleurs. J'espère que toute la famille va vite aller mieux. Des vacances il y en aura d'autres et j'espère qu'elles se passeront mieux que celles-ci !!<br /> Gros bisous au petit loup et à ses frère et soeur !
Répondre
P
Merci pour ce petit mot très gentil! En effet il y aura d'autres vacances et qu'on espère beaucoup plus gaies !!!! Les grands sont bien remis, le petit gars reprend des forces de jour en jour, l'appétit lui ai bien revenu en force !
A
Coucou<br /> Aie zut, décidément pauvre petit bout !!! C'est vraiment pas simple de voir ses petits souffrir. En tout cas y'a des sacrés virus en général en ce moment ! Bref, j'espère que vous irez tous mieux rapidement !<br /> Des bisous<br /> Audrey<br /> https://pausecafeavecaudrey.fr
Répondre
P
oui les virus sont assez méchants cette année... on espère que le plus mauvais soit passé et qu'aucun autre ne revienne chez nous !
M
Oh là là, pauvre loulou ! J'espère qu'il va mieux ainsi que son frère et sa sœur. Pas évident ce séjour à l’hôpital...le stress, la fatigue...courage, ça sera bientôt du passé et tu pourras enfin te reposer.<br /> Une grosse pensée pour ta famille !
Répondre
P
Merci ! il va mieux ouf, mais on ne parle pas trop vite