La contraception après trois enfants

Publié le par Petite ombre

Sujet un peu beaucoup intime et féminin pour cet article.

Entre 17 et 18 ans, j'ai décidé que je voulais une contraception et avec en tête, surtout, de prendre la pilule. Certes j'avais mes premiers rapports sexuels mais mon but principal, en plus de ne pas tomber enceinte, était de réguler mes cycles qui étaient anarchiques et surtout imprévisibles. Je pouvais rester des mois sans avoir de règles et bien sûr quand elles débarquaient c'était la catastrophe à chaque fois et cela pendant une dizaine de jours minimum.

J'ai donc commencé à prendre la pilule et j'avais enfin des cycles, certes provoqués artificiellement, mais qui me permettaient de raccourcir ma période de règles et surtout de savoir quand elles allaient arriver (je ne m'amusais même jamais à enchaîner les plaquettes pour éviter d'avoir mes règles). J'ai eu la chance de ne pas prendre de poids, comme on en avait toute peur à l'époque avec les copines... J'ai eu la bonne pilule de suite... Ce ne fût pas le cas pour certaines de mes amies. J'étais donc pleinement satisfaite de ma contraception.

Puis après avoir trouvé l'amour de ma vie, et l'envie d'avoir un enfant j'ai arrêté la pilule. Je ne saurais vraiment jamais si cela avait joué sur ma fertilité à l'époque, mais après plus de 5 ou 6 ans de contraception, j'ai eu beaucoup de mal à avoir mon premier enfant. De nouveau mon corps jouait à la roulette avec mes cycles, c'était l'enfer, surtout quand on veut concevoir et donc ne jamais pouvoir calculer sa date d’ovulation au vu des cycles lamentables que j'avais.

A la naissance de mon fils aîné, au moment de sortir de la maternité, l'obstétricien est venu me voir pour parler à nouveau contraception. A cette époque, il était de nouveau naturel pour moi d'en reprendre une même si j'avais un peu bataillé pour tomber enceinte. Il a été décidé que je reprendrais la pilule. Après un rendez-vous de contrôle post accouchement avec ma gynéco de ville, le sujet a été abordé encore une fois. Selon elle, je devais en effet reprendre la pilule et non pas poser un stérilet comme on le conseille après une grossesse. Sa décision me convenait car je n'en voulais pas.

Cependant, je n'ai plus eu la même pilule qu'avant. J'ai du en essayer plusieurs car aucune ne me convenait (des pertes de sang en plein milieu de cycle ou alors même carrément pendant tout le cycle...), ni même celle que j'avais prise avant d'arrêter. Cela m'a vite gonflé et j'ai décidé, en accord avec mon mari, que je ferais une pause, que je n'en prendrais plus pendant un moment et que de toute façon, au vu de notre difficulté à avoir un enfant, je ne risquais pas de tomber enceinte facilement. Il suffisait juste de prendre nos précautions. Nous voulions certes un autre enfant, mais on souhaitait attendre que notre aîné souffle sa seconde bougie pour nous relancer.

La vie en a voulu autrement, je suis tombée enceinte sans le vouloir (bon ok on a joué avec le feu, on se protégeait avec des préservatifs mais une seule fois on ne l'a pas fait et paf). Je l'ai découvert le lendemain du premier anniversaire de mon fils. Oups, mon corps et la nature m'avaient fait une belle entourloupe, mais ma fille fût un très joli cadeau et oui je pouvais avoir un enfant naturellement. On aime dire qu'en fait, c'était notre destin et que c'est pour cela que mon corps a refusé de coopérer avec toutes sortes de pilule après la naissance de notre premier.

A la suite de mon second accouchement, de nouveau on nous reparle contraception, et ce fût encore une fois la pilule qui me fût proposée et que j'ai reprise. Dès le premier cycle tout était rentré dans l'ordre. Ma bonne vieille pilule ! J'avais donc de nouveau une contraception qui me convenait.

Le temps est passé. Et puis un jour, quelques années plus tard, j'ai senti un changement en moi, négatif... (pas d'un coup mais progressivement et indéniablement). J’avais l'impression que même si je continuais à avoir des cycles maîtrisés et réguliers, quelque chose me gênait mais n'ayant rien à voir avec ce côté gynécologique mais lié à la prise de la pilule...  Le médecin m'a alors proposé le stérilet quand j'ai parlé du fait que j'avais un doute sur l'effet de ma pilule sur moi, mais je n'en ai pas voulu et je n'en voudrais sans doute jamais. J'ai du mal avec l'idée d'avoir littéralement un corps étranger dans le corps, on oublie donc aussi l'histoire de l’implant. De plus, ma maman qui avait opté pour cette contraception s'en plaignait souvent, son corps le rejetait ou alors ce dernier bougeait, ce qui lui a valu d'avoir de peu une grossesse non désirée. J'étais donc contre le fait d'en mettre un, même si de nos jours apparemment ils ont évolué, avec ou sans hormones.

Comme je n'étais pas fermée à une éventuelle autre grossesse, l'histoire de la stérilisation définitive ne s'est pas imposée non plus. Cependant je n'étais pas encore prête pour un autre enfant.Il me fallait donc une contraception. Malgré cela, après avoir discuté avec mon époux, j'avais décidé d'arrêter quelques mois (mon mari était en déplacement de toute façon, on le voyait que très rarement) la pilule pour voir si c'était ce petit cachet qui me mettait les nerfs en pelote constamment, qui faisait de moi une personne que je ne reconnaissais plus parfois. Nous avions peur mais je me suis lancée. La réponse fut sans appel. Oui c'était la pilule qui me mettait à cran... Je suis redevenue plus douce, moins stressée, moins énervée, moins déprimée... moins négative... Moins tout court. Mon mari a même proclamé qu'il retrouvait enfin sa vraie femme.

Aujourd'hui, mon petit dernier a 19 mois. A sa naissance la sage femme m'a à nouveau parlé de contraception, d'autant plus que ce troisième enfant était aussi un cadeau surprise énorme (cette fois-ci nous n'avons pas joué autant avec le feu: préservatif et retrait systématique avant l'éjaculation même en ayant la capote...)

J'ai voulu parler plus en profondeur de cette histoire de contraception. La sage femme était en faveur du stérilet mais voyant que je ne changerais pas d'avis, et en fait elle a pas insisté et a pas eu d'argument pour prôner son idée, elle m'a proposé à nouveau la pilule car elle ne voyait pas ce qu'elle pouvait me proposer de mieux. Elle m'a dit qu'elle donnait une micro dosée, que surement je réagirais mieux et n'aurait donc pas ses "pseudos" effets secondaires non gynécologique. Elle me l'a prescrite il y a donc plus d'un an. La boîte est toujours dans l'armoire à pharmacie de la maison, les trois plaquettes intactes. Je ne l'ai ouverte que pour lire la notice, chose que je n'avais jamais faite avant. J'ai refermé la petite boîte, je l'ai regardé, j'ai hésité... et puis en fait je ne l'ai plus jamais touchée. Lire la notice n'a fait que renforcer ma peur de nouveau de devenir une autre au fil du temps à cause de fausses hormones.

Je n'ai plus jamais reparlé de contraception, mais pour autant cela me travaille encore. A un moment donné, je me suis renseignée pour me faire ligaturer les trompes, car nous avons une belle famille avec trois beaux enfants.C'était le seul choix car les contraceptions banales ne me convenaient pas, même si je vous l'accorde se faire ligaturer n'est pas non plus naturel. J'ai fouiné un peu sur le net et en fait je me suis rendue compte que j'avais une fausse idée de cette méthode. J'avais imaginé qu'ils venaient vous coudre avec du fil les trompes et qu'on en parlait plus... Mais en fait à nouveau c'est un petit corps étranger qu'on glisse dans la trompe (c'est la méthode la plus utilisée par les médecins qui refusent souvent d'opérer comme moi je m'étais imaginée, surtout à mon âge!). J'ai donc un peu tiqué, puis j'ai vu de nombreux témoignages négatifs à ce sujet, beaucoup de femme qui ont eu de graves complications. Comme je sais qu'il faut parfois se méfier de notre ami Internet, j'ai posé des questions à une amie qui y a eu recours et pour qui tout roule au final... mais une autre connaissance n'a pas eu d'éloges.... D'ailleurs elle vient d'accoucher d'un petit gars après un beau déni de grossesse pensant ne plus jamais avoir d'enfant après sa ligature des trompes.... Bref, j'ai donc laissé tombé l'idée à nouveau.

En fait, en conclusion, je me suis rendue compte que je ne voulais plus rien affliger de non naturel à mon corps et donc je n'ai plus de contraception.... La seule que nous utilisons c'est le préservatif mais il n'est pas infaillible et ce n'est pas toujours glamour ni même très enthousiasmant pour mon époux. On a l'impression d'être de nouveau des petits jeunes qui découvrent "l'amour" et on se sent con au moment de passer à une caisse pour en acheter...

C'est imprudent de ne pas avoir de contraception, d'autant plus que je me suis rendue compte que depuis ma dernière grossesse,mon corps fonctionne beaucoup mieux que quand j'étais plus jeune (plus de cycles à rallonge par exemple, une régularité étonnante pour moi...), autrement dit, j'ai l'air d'être de plus en plus fertile avec l'âge, quelle ironie...C'est quand j'avais 20 ans que mon corps aurait du être ainsi pour mon premier désir de grossesse.

J'ai donc 34 ans, j'ai trois enfants, nous ne désirons plus agrandir notre famille,mais je n'ai plus de contraception tout en ayant toujours une vie sexuelle active (d'ailleurs quand j'étais sous pilule ma libido était au plus bas...). Certes cela me fait peur, mais en même temps je sens que je prends la bonne décision et que mon corps et mon esprit sont mieux en harmonie. Je crois même voir sur la toile et notamment dans la blogosphère de plus en plus de femmes qui font le même choix que moi... A voir maintenant dans le temps, me concernant....

Et chez vous? Quel est votre choix? Quelqu'un a-t'il fait le même que moi et n'a pas eu d"accident" de parcours? Ou alors quelqu'un qui avait fait mon choix puis a fait machine arrière?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Stérilet pour moi (cuivre) et vraiment aucun souci, que du bonheur!!! Pas eu mal pour le poser, jamais eu de souci! penser à le remplacer tous les 5 ans et voilà... mais après oui chacun doit voir comment ca lui convient... Mon beau-frère, 4 enfants au compteur, a fait une vaséctomie... après tout pourquoi ce serait à la femme seulement de faire ce choix?<br /> Enfin, voilà, il faut faire ce qui vous semble le mieux pour vous!<br /> des bises<br /> silvia
Répondre
P
La vasectomie, on en a parlé, au début mon mari était partant, et puis quand il a vu comment ça se faisait, il a fait machine arrière...
A
Coucou<br /> Pour ma part, j'ai quelques années de plus que toi au compteur et aucun enfant. Je ne prends plus la pilule depuis de très très nombreuses années et pour le moment, jamais eu à m'en plaindre. Il faut surtout savoir s'écouter je crois ;-)<br /> Des bisous<br /> Audrey<br /> https://pausecafeavecaudrey.fr
Répondre
P
Tu ne te sens pas plus que ça en "danger" face à une éventuelle grossesse? C'est le seul point négatif de ma décision