Courir

Publié le par Petite ombre

Je déteste courir.... la course... J'ai toujours été nulle, et j'ai jamais trop réussi à comprendre le kiff des gens qui vont courir... Mais je déteste aussi devoir courir après le temps, et pourtant c'est ce qui résume ma vie ces dernières semaines, au point que j'ai vraiment du mal à venir ici et que comme d'habitude ce blog prend la poussière....

Je suis constamment sur les routes. J'ai même dû m'acheter un petit agenda que je glisse dans mon sac pour ne plus avoir à réfléchir quel jour je ne suis pas disponible, c'est ahurissant pour moi....

Si ma foi, c'était par plaisir... mais non... Je cours de rendez vous en rendez vous, de dossier en dossier... Je commence à être à bout de souffle... Je sens que la coupe est pleine, mais je n'ai pas le choix.

Si vous me suivez, vous devez vous douter que c'est pour mon petit dernier que c'est autant la folie ...

J'enchaîne les rendez vous à l’hôpital et les rendez-vous dans le centre qui le prend en charge à cause de son sévère retard de langage et son léger retard moteur.

Son épilepsie n'est pas stabilisée du tout... Il enchaine les rendez-vous, car la neuro veut toujours savoir pourquoi il a déclaré cette pathologie. Il y a peu de temps, son dernier EGG n'était toujours pas bon. Nouveau traitement en plus de celui qu'il prenait déjà. Et pour bien faire, on se rend compte que la micropakine ne semble pas lui convenir... On a un petit garçon qui a perdu sa joie de vivre, qui ne mange quasiment plus, et qui fait des nuits de merde, les reflux le retour (d'ailleurs on a ajouté les suivis avec la gastro pédiatre à la liste des rendez-vous).

On oscille avec un petit gars qui grimpe partout, qui crie et un petit gars qui réagit à rien... On souffre surtout des nuits où on doit se lever pour l'aider à cracher ce qui remonte de son estomac, pas bien rempli en plus... Des terreurs nocturnes aussi? On ne sait plus, je deviens une zombie.

Je suis dans la paperasse également depuis qu'on m'a dit qu'il fallait déclarer mon fils ayant un handicap. Le dossier est juste une horreur à remplir, et récupérer les documents à joindre c'est laborieux aussi. Finalement une assistante sociale m'a reçu deux fois, au vu de l'urgence d'envoyer ce dossier.

Il faut absolument qu'on attribue une AVS à mon fils pour son entrée en moyenne section. J'ai eu une réunion avec l'équipe éducative de l'école. Je suis stressée, je vois comme il est en retard par rapport à ses camarades. Il ne parle toujours pas, il a certes ajouté des mots de vocabulaire, mais les phrases ne sont pas du tout en cours d'acquisition. Donc il crie beaucoup...

J'ai du venir obligatoirement avec mon fils pour deux sorties pédagogiques car n'ayant pas encore d'AVS, les sorties auraient été compliqué pour lui et sa maîtresse. Quelle détresse de sentir le regard des autres mamans accompagnatrices qui ne pigeaient pas pourquoi moi je n'avais pas de groupe à gérer mais juste mon fils, que lui avait le droit de sortir de l'atelier à tout moment pour aller courir ailleurs, que lui avait le droit d'être à bras.... Certains mots d'enfants m'ont aussi mis un poignard dans le cœur...

Mon petit gars a du mal rester assis trop longtemps et le banc c'est compliqué pour lui. Comme j'étais avec lui, un peu rassuré il a bien voulu s'assoir, mais il a vite été rejeté par une petite fille qui m'a bien regardé dans les yeux en me disant que lui c'était pas son copain (avec le ton un peu méchant), qu'il devait pas venir là. Je sais qu'elle ne comprend pas que mon fils est un peu différent, mais ça laisse un coup dans le cœur quand même.

De plus depuis quelques jours, mon petit gars s'est mis à mordre à sang un camarade de classe... La maitresse me demande d'y remédier... Je lui parle, mais je vais pas venir en classe non plus pour régler le problème. Je ne sais pas quoi faire. Je pense que le garçon qui se fait mordre, c'est un camarade qui ne s'entend pas  avec mon fils. On peut pas aimer et être aimer de tout le monde, mais comme le mien ne sait pas parer, bah il mord. Ce n'est pas acceptable nous sommes bien d'accord... J'aimerais juste que la maitresse ne me mette plus dans une situation où je me sens bien bête devant la maman de l'autre petit garçon. J'ai senti qu'elle était gênée aussi (la maman). Heureusement elle n'a pas fait d'histoire (elle aurait pu, qui aime que son enfant se fasse mordre à sang?), je me suis excusée pour mon fils. Elle a simplement dit que ça arrivait,que mon fils était loin d'être le seul à mordre... Mais bon... Ce face à face n'était pas utile, merci la maitresse...

Le planning de mon petit garçon est rempli chaque semaine entre les séances chez le kiné pour ses jambes ( les muscles sont trop tendus, d'où les chutes, il doit donc avoir des massages et des exercices pour les détendre un peu, apparemment ça serait l'épilepsie qui fait ça), les séances avec l'orthophoniste, l'éducatrice de jeunes enfants, la psychomotricienne et depuis récemment avec une psychologue...  Je ne peux même plus placé un rendez vous pour moi... Je jongle avec tout...

Je dois également régler les problèmes avec mon fils aîné au collège. Récemment, épuisée j'ai même eu une altercation avec sa prof principale qui l'accusait à tort. Je me suis retrouvée dans le bureau du principal, avec un gamin de onze ans en pleurs. Ajoutez à cela que la psychologue et l'infirmière scolaire m'ont interpellé pour que mon fils soit un peu suivi, elles veulent aussi le faire tester HPI et hypersensible. Donc maintenant j'enchaîne aussi pour le conduire à des séances pour l'aider....

Je suis donc épuisée mentalement et physiquement. J'en ai des reflux à mon tour la nuit, par solidarité avec mon petit dernier, dixit la pharmacienne.

J'ai du demander à mon époux de prendre un peu le relais de temps en temps, fort heureusement notre dossier à la caf a été accepté pour lui payer des journées absences afin qu'il évite de prendre sur ses congés quand notre fils est hospitalisé ou convoqué à tel ou tel rendez-vous suite à ses problèmes médicaux.

Ce week end il s'est même levé aussi pour calmer notre enfant... J'en aurais pleuré. Je sais qu'il travaille dur aussi de son côté et que lui aussi n'est pas forcément en forme. On se dit bien souvent qu’heureusement que je ne travaille pas. Après il m'aide beaucoup pour tenir la maison, au point que parfois je dois lui dire de laisser que je le ferais plus tard, mais il n'écoute pas. J'ai surtout besoin de souffler avec le dernier. Récemment je souffrais de mon pied, il m'a imposé de prendre enfin le temps d'aller chez le podologue, qu'il prendrait un après midi pour gérer les enfants, au diable de devoir attendre que ma mère soit disponible (la seule qui répond présente une fois sur deux quand j'ai besoin, elle jongle aussi avec mes autres neveux, elle est surtout là pour aller chercher ma fille à l'école quand je suis en rendez vous avec le petit)

Je me sens aussi un peu seule dans tout ce bordel médical... Certaines personnes sont au courant de la situation de mon fils et on me dit que ça finira par aller mieux un jour... Sauf que quand tu as la tête dans le guidon, ce n'est pas une parole qui aide, au contraire, on se dit "mais il est où ce putain de jour?".

On croyait que la galère était derrière nous après l'APLV de notre fils. On a eu une toute petite année de répit (celle du confinement d'ailleurs) avant que cela soit autre chose qui vienne nous bousculer et me contrarier.

Et je délaisse trop mes aînés... Je suis en conflit avec le grand. Avec ma fille c'est un peu plus facile, mais je sens que je ne suis pas une bonne maman pour eux ces derniers temps, que je n'ai pas le temps d'être aussi leur maman. Je ne suis plus non plus une épouse, ni même une femme tout court. Je suis celle qui doit être là pour aider le petit dernier. Celle qui doit gérer les papiers, les menus... Je ne fais plus rien par plaisir....

Alors quand il y a un petit moment où j'arrive à rire, je le prends et j'essaie de me raccrocher à cela quand je suis au bord de l'explosion.  J'ai arrêté de respirer normalement, il faut que je ré apprenne à prendre un peu plus de recul, à être beaucoup moins empathique aussi... Mes problèmes, basta ceux des autres... Cela peut être égoïste, mais j'ai besoin de me protéger quelques temps.Je veux faire l'autruche face à ce qui se passe dans le monde ou autour de moi... Je ne peux pas tout gérer... Et quand je dis que j'arrête de respirer, cela arrive aussi en vrai, il m'arrive la nuit de me redresser dans le lit à chercher de l'air car je me suis brutalement réveillée en me rendant compte que je ne respirais plus. C'est une expérience désagréable et qui fait peur à mon époux que je réveille donc sans faire exprès.

Je n'arrive même plus à méditer. Quand j'ai deux minutes pour moi, je ne sais même pas bien les mettre à profit, souvent je me couche en me disant que c'était une journée pour rien, que je ne suis pas satisfaite.

Allez Petite Ombre, tu viens de vider ton sac ici, certains dirotn ou penseronr qu je ne fais que de me plaindre, qu'il y a plus grave dans la vie, oui c'est vrai, mais à chacun son fardeau n'est-ce pas?

Inspire, expire, inspire, expire.... Je vais me reprendre, je vais me reprendre, me faut juste un peu de temps pour m'ajuster.

Et sinon chez vous, ça va ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Je t'ai envoyé un message sur ta boite mail il y a un bon bout de temps car je n'arrivais pas à poster de commentaire sur ton blog. je fais un test aujourd'hui pour voir si ça marche .
Répondre
V
Et moi je viens seulement de voir ta réponse ! :D j'espère que ça va aller mieux à l'école pour ton petit bout !
P
Je viens juste de voir ton email auquel j'ai répondu !!!!
W
Coucou je t'envoie tout mon soutien <3 Prends soin de toi et des tiens, le blog peut attendre bisous
Répondre
P
Merci !!!
S
Je t envoie tout mon soutien, je ne pensais pas que tu avais tout ça à gérer...<br /> Elle est étrange cette maîtresse qui te demande de solutionner le souci avec ton fils... pas évident à faire, on essaie de faire au mieux en tant qye parents..<br /> Je t embrasse fort<br /> <br /> Silvia
Répondre
P
Oh oui ça n'arrête pas depuis quelques semaines, je ferais ce qu'il y a à faire pour l'aider à revenir au niveau d'un enfant de son âge!<br /> J'espère que ta croisière se déroule bien !!! Profite bien! Bises
B
Quel courage ! tu vas me dire que tu n'as pas le choix...mais quand même tu es géniale de prendre tout ça sur tes épaules ! Redis toi de temps en temps combien tes enfants ont la chance de t'avoir pour maman. Comme je comprends que tu aies envie que ça s'arrête...<br /> Sois fière de toi, sois fière de toi, SOIS FIÈRE DE TOI !!!!!!
Répondre
P
Je reviendrais lire ce commentaire quand je douterais... Merci pour ces mots qui touchent!
K
Non, tu ne fais pas que te plaindre ! Pour l'instant tu as un lourd fardeau sur les épaules et je pense que ce n'est pas facile à vivre. Tu fais ce que tu peux et c'est déjà très bien. Ton ainé entre dans l'adolescence et ça pour certains enfants ce n'est pas facile ; là aussi tu feras ce que tu peux pour l'aider, mais il faut laisser le temps au temps.<br /> Continue comme ça, surtout ne lâches rien, tu vas y arriver.<br /> Je te souhaite un bon mardi Bisous
Répondre
P
Merci, des encouragements comme ça ça fait du bien.